Artefake
Accueil du site   UMBANDA / QUIMBANDA

UMBANDA / QUIMBANDA

Magie blanche et magie noire au Brésil.

Temps de lecture : 4 min

Il est toujours intéressant d’observer comment les croyances africaines se sont transformées sur le continent brésilien car ces transformations nous donnent la mesure de la plasticité du monde des symboles qui peut subir de multiples réinterprétations selon les différentes sociétés où il s’incarne. L’étude de la religion Umbanda (1) est, à cet égard un bon exemple qui montre à quel point la mémoire collective noire peut se métamorphoser quand elle quitte l’Afrique pour immigrer et s’implanter dans une terre nouvelle s’opposant au candomblé (2) qui persiste dans sa fidélité à l’Afrique, la religion umbandiste va représenter justement le pôle opposé à celui de l’intégration dans la société brésilienne. Formée d’éléments catholiques, spirites kardecistes, indiens noirs, cette nouvelle religion synthétise ce qu’on pourrait appeler « l’esprit brésilien ». L’apport noir y est primordial pour ne pas dire dominant mais il doit, pour intégrer cette religion nationale, être réinterprété selon un code non plus africain mais propre à la société brésilienne.

Dans cette étude nous essaierons de montrer comment les divinités africaines subissent un processus de réinterprétation venant d’Afrique, elles se métamorphosent pour s’acculturer à une réalité brésilienne. Pour cela nous analyserons l’organisation du cosmos religieux umbandiste.

Dans une étude sur la pensée magico-religieuse bantoue, Luc de Heusch signale l’existence en Afrique bantoue d’une dichotomie entre une magie blanche et une magie noire (3). Ces deux éléments, aspects différents d’un même phénomène, sont néanmoins profondément liés. De Heusch constate que partout dans le monde bantou le sorcier s’oppose à l’anti-sorcier. C’est ainsi que le nkanga chez les Mongo le nganga chez les Luba et les Kongo sont des individus spécialisés dans des pratiques ayant pour but d’enrayer l’action nocive du sorcier malfaisant. Selon Oscar Ribas on retrouve aussi en Afrique portugaise le couple sorcier/anti-sorcier. Il existe dans la région d’Angola le kimbanda celui qui célèbre le culte des esprits (ondele) et qui s’oppose au mulôji spécialiste des maléfices (4).

Un autre ethnologue portugais F. Valente signale aussi la présence du kimbanda ; cependant il l’oppose à l’onganga, le maître de la magie noire (5). Peu importent ces variantes qui doivent être d’ordre local ; mulôji ou onganga, il s’agit dans les deux cas individus qui représentent le pôle de la magie noire en opposition à la magie blanche, celle du kimbanda. La même distinction que Luc de Heusch avait rencontrée chez les Luba, les Mongo, les Kongo se confirme ainsi pour les bantous portugais. Cependant que devient cette dichotomie magie blanche/magie noire au Brésil ?

Pour bien comprendre le sort brésilien de cet élément de la pensée magico-religieuse bantoue, il nous faut analyser l’origine du mot umbanda. Selon les spécialistes portugais ce mot dérive de la langue kimbundo et il peut prendre plusieurs significations (6). Heli Châtelain rattache ce mot à « faculté ou art de divination au moyen de médicaments naturels et surnaturels ; art de consulter les esprits des morts des génies et des dieux ; art d’induire les esprits à influencer les hommes ; force prophylactique des esprits ; objets ou fétiches qui établissent la communication entre les esprits et le monde physique » (7). Comme le signale F. Valente le mot se dédouble pour s’associer d’une part aux objets fétiches, d’autre part à celui qui possède cet art, c’est-à-dire le kimbanda (8). L’umbanda apparaît ainsi comme le savoir du kimbanda. Or au Brésil on assistera à une séparation de l’art du kimbanda de la personne de prêtre-magicien. Le kimbanda sera expulsé vers le domaine de la Quimbanda tandis qu’ une partie de son savoir, réinterprété selon les valeurs de la société brésilienne, sera incorporé à la religion umbandiste. Une curieuse inversion s’amorce : l’Umbanda devient la magie blanche en opposition à la Quimbanda magie noire. Mais comme c’est la société qui définit la noirceur ou la blancheur de sa magie nous retrouverons là les facteurs idéologiques qui permettent de déterminer ce qui appartient au domaine anti-social et ce qui n’y appartient pas. En dernière instance magie blanche et magie noire ne sont que des coupures effectuées par la pensée d’une société déterminée.

[…]

Notes :
- (1) Nous écrirons Umbanda (U majuscule) quand il s’agit de la religion brésilienne umbanda et Quimbanda quand il agit de la dimension quimbanda du monde umbandiste.
- (2) Au sujet du candomblé voir Roger Bastide, Le Candomblé de Bahia (Paris Mouton 1958).
- (3) Luc de Heusch. Pour une approche structuraliste de la pensée magico-religieuse bantoue dans Pourquoi épouser (Paris Gallimard, 1971).
- (4) Oscar Ribas. Ilundo (Angola Museu de Angola, 1958).
- (5) Francisco Valente. Feiticeiro ou Quimbanda ? (Ultramar 10, 1970 n°39).
- (6) José Quintao. Gramatica de Kimbundo (Museu de Angola s.d).
- (7) Heli Chatelain cité par Arthur Ramos, Antropologia Brasileira (Rio de Janeiro C.E.B. 184).
- (8) Francisco Valente, art cit.

- Extrait du texte Umbanda, magie blanche. Quimbanda, magie noire de Ortiz Renato. Archives des sciences sociales des religions. N. 47/1, 1979. pp. 135-146.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 3 janvier 2013.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA