Artefake
Accueil du site   Tony SLYDINI

Tony SLYDINI

Maître de la Misdirection (1901-1991).

Tony Slydini est né en Italie. De son vrai nom Quintino Marucci, il est le fils d’un magicien amateur qui l’a encouragé dès son plus jeune âge à persévérer dans la prestidigitation. C’est la psychologie de cet art qui a attiré le jeune Tony au début, ce qui permettra à Slydini de devenir un expert dans l’utilisation du détournement d’attention (misdirection). Il a également été intéressé par la relation qui se crée entre le magicien et son public, ce qui l’amena à devenir un artiste de close-up.

Encore jeune, Slydini et sa famille quittent l’Italie pour l’Argentine. C’est là-bas qu’il commence sérieusement la magie. "En Argentine", dit-il, "j’ai créé ma propre magie. Il y avait plusieurs moyens pour y arriver. J’ai pris le plus direct."

Slydini travaille quelque temps en Amérique du Sud dans un spectacle de music-hall, mais bientôt la crise arrive. En 1930, il déménage à New York, où le travail reste rare, particulièrement pour un jeune homme qui ne parle pas anglais. Finalement Slydini trouve un job dans un musée de la 42ème avenue. Parallèlement, il continue à travailler dans les carnavals et dans diverses attractions.

Alors qu’il rendait visite à sa sœur de Boston, il rencontra, par chance, un imprésario qui lui trouva un job rémunéré 15$ par jour. Tous ceux qui purent l’admirer pendant ce cours lapse de temps ont remarqué son professionnalisme. Il continua ainsi et travailla à Boston pendant 7 ans. Mais New York rappelait le désormais célèbre Slydini, et il y déménagea à nouveau.

Il est important de noter, qu’à cette époque, le close-up n’existait pas comme aujourd’hui. Il n’était présenté qu’en première partie des spectacles de scène. Slydini ouvrit de nouvelles perspectives mais il était le seul à s’en rendre compte. C’est en 1945, à la Nouvelle Orléans, qu’il prit pleinement conscience des nouveaux aspects de la magie qu’il explorait.

C’est à ce moment, lors d’un congrès de magie, que Slydini en profita pour montrer ce qu’il apportait de nouveau. "Personne ne reconnaissait l’art du close-up en tant que tel", dit-il, "on ignorait que j’avais trouvé quelque chose d’aussi beau. Même les magiciens ne savaient pas ce que c’était. A la Nouvelle Orléans j’ai eu une standing ovation de 20 minutes. Les gens ont dit : La magie de Slydini c’est autre chose. ".

Évidemment Slydini n’a pas inventé le close-up ; il existait depuis des décennies. Mais son style était quelque chose de nouveau. Il était le premier à montrer le close-up comme un art à part entière et non comme une simple entrée en matière pour des grandes illusions. La magie de Tony Slydini était improvisée : au lieu de prévoir un enchaînement de tours, il laissait les spectateurs lui dicter son spectacle. Il disait, "je fais mieux un tour si j’aime ce tour, mais si le public l’aime et que moi je ne l’aime pas je le fais quand même pour eux."

Pour lui, la magie c’est bien plus que des tours. "Il faut connaître tous les détails, car à chaque instant, il se passe quelque chose. Il faut comprendre chaque moment. Il faut savoir tenir son public, le distraire. Vous devez avoir conscience de la signification de tout ce que vous faites, des mouvements de votre corps, OU regarder et comment vous asseoir ou vous tenir debout".

Un homme d’un charme européen, d’un esprit vif, d’une indéniable habileté et subtilité, Slydini prenait beaucoup de plaisir à faire ses spectacles, autant devant des profanes que devant des magiciens. Il faisait ses spectacles avec beaucoup de précision, de grâce et d’intelligence et était capable de surprendre tous ses spectateurs aussi bien que de les distraire. Dick Cavett a demandé, un jour, à Dai Vernon qui pouvait encore le duper ? Le Professeur répondit comme un regret, "personne" ? puis rajouta avec un sourire, "Si bien sûr, Tony".

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 21 avril 2015.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA