Artefake
Accueil du site   Tony FREBOURG

Tony FREBOURG

ANGERS / CONGRES FFAP (septembre 2007).

Les prestations de Tony Frebourg, sont rapides, électriques, et enflammées à l’image des attractions des fêtes foraines. Il procure au public une forte dose d’adrénaline. Il faut préciser que le jeune homme est muni d’un bagage impressionnant. Techniquement à la pointe, il pratique son art avec une virtuosité époustouflante. Il détient le record du monde avec un jonglage à quatre et cinq diabolos. Il est également acrobate de formation avec une bonne expérience des planches et de la gestion du public car il a été meneur de Revue au Moulin Rouge. Et pour couronner le tout, il a un physique d’Apollon !

Le numéro

Tony Frebourg s’impose dès l’entrée en scène. Il est vêtu d’un costume de guerrier japonais. Il est masqué et commence son numéro par la manipulation de deux éventails. Il va chercher un premier diabolo et exécute des figures entrecoupées d’acrobaties. L’artiste enlève son masque et jongle avec deux, puis avec trois diabolos. Enfin il tente et réussit le jonglage avec quatre diabolos.

Influences et esthétisme

Le diabolo a pour origine la Chine et date de plus de six siècles. Il est remis au goût du jour dans les années 1950. La création de figures qui étaient inconcevables il y a quelques années, et la technicité parfaite des pratiquants lui ont permis d’être considéré aujourd’hui comme une discipline de jonglerie à part entière.

Tony Frebourg use en plus de tous ses atouts pour faire entrer cette fois-ci le diabolo dans l’ère du GRAND spectacle. Pour y arriver il choisit un univers remplit de mythes et de fantasmes. Il puise dans la tradition nipponne pour le costume, dans celle des guerriers du moyen âge pour la gestuelle et l’esthétisme. Le théâtre Nô lui suggère le masque et les éventails. Le jongleur remonte aussi aux origines de son accessoire. Il fait référence, dès le début, à l’Orient par l’utilisation d’éventails marqués du symbole du Yin et du Yang. L’éventail le relie à la tradition car il est un accessoire fondamental du théâtre Nô. Mais il est surtout utilisé ici comme une arme. Comme dans l’art du Kung fu il devient une arme suprême capable d’annihiler le corps et l’esprit.

Le masque et le costume

Tony Frebourg entre sur scène sous les traits d’un Shite, acteur japonais du théâtre Nô, et effectue devant nous une danse traditionnelle avec des éventails. Son masque, ainsi que son costume très élaborés reflètent aussitôt la nature du personnage, un concentré de l’essence du sujet à interpréter. Celui de notre jongleur représente un personnage blessé, avec de nombreuses scarifications ensanglantées, et un personnage vengeur, avec les yeux surlignés et la coiffure en désordre. Le costume, une jupe pantalon est inspiré des vêtements des samouraïs de l’époque Muromachi traditionnelle. Le haut est plus stylisé et plus contemporain. Le maillot, près du corps, reprend les motifs des scarifications du masque en noir et rouge, comme des coups de diabolos pris à même le torse. Cette esthétique transforme le diaboliste en diabolique vengeur masqué, en guerrier venu sur scène nous raconter sa dernière bataille.

La gestuelle

Les mouvements de Tony Frebourg s’éloignent alors de ceux du théâtre Nô et rappellent maintenant l’art martial japonais. Les baguettes du diabolo sont semblables à celle du Nunchaku et le diabolo lui-même peut représenter le Yin et Yang. En effet, celui-ci est composé de deux cônes reliés par une bague. Deux parties d’une même forme, deux entités complémentaires prisent dans le jeu de la dualité. Bardé de tous ces symboles, le diaboliste exécute une danse martiale, où chaque geste, chaque coup de fouet, qui accélère le diabolo est une libération, une thérapie : Expulser la haine, la faire éclater en plein jour pour mieux retrouver la paix intérieure. Les quelques acrobaties qui ponctuent le numéro, sont des moments de respiration indispensables. Elles donnent une légèreté et une grâce à l’ensemble.

Photo : William Condette

La technique

Au-delà d’une véritable recherche esthétique et symbolique, le numéro de Tony Frebourg impressionne également par sa technicité. Il y a une véritable progression du début à la fin. Pourtant dès le départ il place la barre très haut, car c’est une véritable gageur que de jongler avec un masque, celui-ci réduisant considérablement le champ de vision. Il va toujours plus loin en utilisant un, deux, trois, puis quatre diabolos entrecoupé d’acrobaties spectaculaires : pirouettes, équilibre, grands écarts dignes de Valentin le désossé.

Concernant la technique pure du diabolo, Tony Frebourg maîtrise à la perfection le fouet, le tourbillon, le génocide, le départ fouet « duicide » ainsi que toutes sortes de satellites, de passages du ou des diabolos entre les bras ou les jambes, de lâchés de baguettes incroyables. Enfin il est reconnu pour ses spectaculaires grands carrousels de trois, quatre voire cinq diabolos.

Fusion

En l’espace de 8 minutes, Tony Frebourg a fait voyager le spectateur à l’autre bout de la planète. Dans un déluge de virtuosité et d’esthétisme, le jeune diaboliste nous a subjugués et prit à la gorge. Ce spectaculaire numéro, qui peut être regardé au premier degré recèle, en vérité, une mine de références. Sa richesse finit par révéler le sens profond qui était caché en chacun de nous.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 19 juillet 2012.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA