Artefake
Accueil du site   Servais LE ROY

Servais LE ROY

(1865-1953).

Né à Spa (près de Liège), d’un père belge et d’une mère britannique, Jean-Henri Servais Le Roy arriva très jeune en Angleterre et grandit dans une famille anglaise. Adolescent, il rencontra et impressionna un magicien assez médiocre et grand buveur, un certain captain Henri Hill, qui, par la suite, emmena Leroy dans une tournée qui se révéla désastreuse.

Le Roy et le frère de Hill quittèrent, le capitaine ivre et partirent de leur côté. Hill les avait ramenés, en criant à cor et à cris qu’ils lui avaient volé son matériel, mais il ne put le prouver et Leroy et son partenaire continuèrent leur tournée, accumulant expérience et renommée. C’est ainsi que Le Roy eut son premier engagement important, pour le Royal Aquarium de Londres.

Il commença sa carrière solo en Angleterre en se présentant comme Satan et en surnommant son spectacle « Le diable en tenue de soirée », ce qui cadrait parfaitement avec son humour espiègle. L’idée du diable se produisant sur la scène d’un music-hall moderne séduisait le public.

Il rencontra ensuite Mary Ann Ford (né à Londres), qu’il prit comme assistante et qu’il épousa par la suite, en la rebaptisant Mercedes Talma. Outre, qu’elle lui servait d’assistante, elle devint une experte des tours d’adresse, faisant se matérialiser des centaines de pièces d’un dollar en argent au bout de ses doigts. En tant que « Reine des pièces », elle partageait l’affiche à parts égales avec son mari.

LE ROY-FOX-POWELL

Le Roy s’associa à La Triple Alliance, qui faisait des tournées de music-hall aux Etats-Unis, et il travailla avec Imro Fox et Frederick Eugene Powell.

La Triple Alliance joua pour la première fois à Milwaukee en août 1898. Elle avait été créée par un producteur de théâtre, M.B. Leavitt, qui pensait qu’en rassemblant les numéros de trois magiciens internationaux, il obtiendrait un grand succès auprès du public. Sous le nom des « Têtes couronnées de la magie », Le Roy, Fox et Powell présentaient un brillant spectacle pendant lequel l’un d’eux jouait sur scène, et les deux autres dans la salle parmi le public. La Triple Alliance joua pendant deux ans, s’arrêtant parfois pour permettre à l’un d’eux de monter des spectacles tout seul.

Imro Fox (Isidor Fuchs, 1862-1910), naquit à Bromberg, en Allemagne, et vint aux Etats-Unis comme maître d’hôtel en 1874. Il ne faisait des tours de magie que pour son plaisir personnel jusqu’à ce qu’on lui demande de remplacer un magicien alcoolique. Ce fut un succès immédiat ; sa voie était toute tracée. Fox est remarquable pour avoir été le seul magicien burlesque de son époque. N’étant pas un très habile manipulateur, ses effets étaient tous mécaniques. Son numéro des deux pigeons sortant du gâteau fut une grande nouveauté pour l’époque.

Frederick Eugene Powell (1856-1938), était de Philadelphie. Intellectuel et homme d’affaires, son attirance pour la magie lui posa d’abord quelques problèmes et il retourna à des occupations plus classiques, y compris un poste de professeur de mathématiques à l’Académie militaire de Philadelphie. Cependant la magie l’emporta et Powell devint un professionnel. On le vit souvent sur la scène du Wood’s Theatre de Philadelphie où il donnait son numéro de « Double Vue », et il eut plusieurs longs engagements à l’Eden Museum de Londres où son fameux tour, Elle, fut donné pour la première fois en 1892. Une extraordinaire illusion d’optique, où l’on voyait une femme brûler sur scène.

LE ROY-TALMA-BOSCO

Au début du XXe siècle, le trio comptait parmi les illusionnistes les plus novateurs et saisissants de leur génération.

Fort de ses contrats en Angleterre et sur le continent ainsi que le succès de sa femme en tant que « Reine des pièces de monnaie », Le Roy pensa que la création d’un nouveau trio serait bien venue. Avec Talma, ils furent rejoints par un comédien acrobate plus vieux, chauve et corpulent du nom de Léon Bosco, dont la fantaisie en magie faisait un complément parfait au style de Le Roy et Talma.

Le Roy, Talma et Bosco présentaient un très divertissant spectacle sous le nom des « Monarques de la Magie » et des « Comédiens de Mephisto ». Ce trio fit des tournées dans les deux Amériques, en Australie, en Angleterre, en Europe et en Afrique du sud, amusant le public de son habileté et de sa bouffonnerie.

Le spectacle de Le Roy, Talma et Bosco était plein de mystère et de fantaisie. Des pièces de monnaie et des lions disparaissaient, des plantes, des lapins et des canards envahissaient la scène.

Chaque membre du trio jouait un personnage qui amuserait les gens. Attaqué par un chien féroce, Le Roy lâchait un lapin pour faire diversion ; Talma jetait la confusion dans la rue avec une pièce étrange qui ne tombait jamais dans la main du cocher et restait toujours dans la sienne ; et Bosco le comique transformait un bambou en flammes en échasses et ainsi « chassait les cannibales et se sauvait ». La soirée était très divertissante.

Le Roy améliora le tour des pigeons de Bartolomeo Bosco en créant d’étranges effets comiques. Armé d’un grand couteau, il faisait semblant de décapiter un canard puis un coq. Il lançait leurs corps et leurs têtes dans une boite, d’où les deux volatiles ressortaient en se dandinant sur la scène, chacun portant la tête de l’autre.

Quand Bosco quitta le spectacle pour un autre, son personnage avait remporté tant de succès que Le Roy continua avec une série d’artistes qui jouèrent tous sous le nom de Bosco. Le premier fut Mac Laube, suivi de Daly, puis Wilmot Hastings, James William Elliott, Baley et Mullens. James « Doc » Elliott créa de nombreux tours de cartes et écrivit quelques livres à ce sujet. Il était tellement entré dans le personnage de Bosco qu’il se rasa le crâne pour le rôle. Son chien, Napoléon, faisait aussi partie du spectacle.

Gloire et déclin

Le Roy dominait le monde de la magie de scène, au point qu’Harry Kellar le considérait comme l’artiste le plus accompli qu’il ait jamais vue et qu’Howard Thurston le craignait comme rival. Le Roy cessa de paraître en public après un accident d’automobile en 1930. En 1940, le magicien, qui avait 75 ans, essaya de jouer une dernière fois à New-York, mais il avait arrêté depuis trop d’années et la soirée fut catastrophique.

Le lendemain, Le Roy détruisit tout son équipement et tout son matériel. Après la mort de Talma, 4 ans plus tard, il mena une vie solitaire, pris en charge par sa belle-sœur jusqu’à sa mort à 88 ans à Keansburg dans le New Jersey.

Ses tours les plus marquants

- Les Trois Grâces Une illusion où trois jeunes filles apparaissent dans un cabinet vide.

- Une visite volante, a flying visit (1900) Cette illusion était un parfait exemple de transposition magique. Le magicien entrait dans le coffre posé sur la scène. Quand ce dernier se s’ouvrait, une assistante en sortait, tandis que le magicien réapparaissait dans le coffre suspendu. Il disparaissait à nouveau et resurgissait parmi les spectateurs. Un des premiers tours à utiliser des doubles.

- Asrah (1902) Le numéro Rostrum, plus connu sous le nom Asrah, fut inventé par Servais Le Roy et présenté pour la première fois à l’Empire Theatre de Johannesburg, en Afrique du Sud puis à Londres. Cette illusion fait partie des chefs-d’œuvre de la magie scénique.

D’après Le Roy lui-même, il eut l’idée de ce tour grâce à une remarque fortuite de Léon Bosco, son partenaire dans le trio Le Roy, Talma et Bosco quand Le Roy faisait flotter dans l’air puis disparaître une carte à jouer. On l’appela d’abord Le Mystère de Lhassa et Le Roy le présenta avec méfiance, craignant que le public n’y croie pas. Léon Bosco se tenait dans les coulisses, prêt à se ruer sur scène avec un plat en terre cuite pour faire diversion si le numéro manquait.

L’Asrah présentait une femme hypnotisée est allongée sur une haute table et recouverte d’un drap. Elle s’élevait dans les airs, la table était enlevée et le magicien faisait le tour du corps en passant un cerceau autour de lui. Puis, se tenant debout devant elle, il retirait le drap qui retombait sur scène. La femme avait disparu. Ce numéro obtint un succès immédiat !

L’Asrah était une analogie poétique de la mort et de l’âme. En réalité, l’illusion se déroulait sur scène et non au-dessus du public. Une version plus tardive, où une pianiste et son piano disparaissaient (1920), bien que tout aussi stupéfiante, ne rencontra pas le même succès auprès des autres magiciens pour des raisons pratiques.

L’Asrah continue de nos jours à être un des numéros préférés des publics du monde entier. Parmi les magiciens qui ont inclu ce numéro dans leur spectacle, il y a Thurston, Dante, Mark Wilson ou Doug Henning.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 4 juillet 2017.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA