Artefake
Accueil du site   RUBINI

RUBINI

Philip Prentice Anderson (1844-1920).

Philip Prentice Anderson est le deuxième fils (illégitime) du célèbre magicien écossais John Henry Anderson, « The Wizard of the North ».

De 1858 à 1867, il travaille dans le spectacle de son père. En 1867, il se présente tout seul, sous le nom de « Signor Rubini » et part en tournée en Europe et aux États-Unis, puis se produit sur la prestigieuse scène de l’Egyptian Hall, le programme d’un certain John Hayes, qui donnait un « spectacle de magie, de mime et de ventriloquie », l’annonçait comme « disciple du Colonel Stodare et de Herr Dobler ».

Ayant peu de succès, il abandonne son propre spectacle et travaille pendant un an comme assistant du magicien Robert Heller.

Les femmes de Rubini ont également été impliquées dans ses spectacles. Sa première femme Louise Maude Anderson et sa seconde épouse Blanche Louise Daniels, présentée comme « Blanche De La Cour » ou « Mlle Blanche ».

Juste avant la mort de son père, Rubini prit le nom de Prof. Anderson, « le sorcier du Nord », et parti en tournée en dehors des États-Unis. En 1900, il se retire du monde du spectacle et déménage en Australie, où il devient dentiste. Il déménage ensuite en Angleterre où il finira ses jours.

Le Prof. Anderson fut aussi un utilisateur précoce du cinématographe des frères Lumière dans ses numéros dès 1899, comme Carl Hertz un peu avant lui, date d’une tournée en Inde et en Asie du Sud qui durera une dizaine d’années. Il réalisera avec sa caméra baptisée Andersonoscopograph deux petits films : Poona Races et Train Arriving at the Churchgate station en 1898.

Décapitation et tête parlante

L’illusion de la décapitation est un classique de la magie qui rencontra un très grand succès commerciale. Elle est souvent associée à l’illusion d’optique des « Têtes parlantes ». Ce tour remonte à la haute antiquité et fut présenté par d’innombrables illusionnistes, puis dans les fêtes foraines par la suite, sous la forme d’entresorts et notamment chez Barnum. La tête, sans corps, était posée sur un plateau puis ouvrait les yeux et répondait aux questions posées par les spectateurs. Parmi les plus célèbres « Têtes parlantes » figure celle du Colonel Stodare, imité ensuite par Talrich, Delille, Cocherie et Gallici.

Parmi les différentes décapitations réalisées par les illusionnistes, celle de Rubini était particulièrement morbide car montrée sous un jour parfaitement sérieux et terrifiant. Aucune douceur dans l’expression du bourreau, mais un sadique sentiment de satisfaction.

Dans la tradition des « coupeurs de tête », les autres magiciens prennent leur sujet plus légèrement et la terreur est neutralisée par des effets distrayants, comme en témoigne Le décapité récalcitrant de Georges Méliès, où la décapitation revêt une allure comique un peu exagérée ; ou The Great Decapitation Mystery de Servais Leroy et Bosco ; il y a aussi l’angélique beauté de Magie Hindoue d’Adélaïde Herrmann ; Nicola nous met à l’aise en nous disant que la décapitation est un « cri mêlé au rire » ; Kellar, Andress et Cazeneuve tenant leur propre tête, nous réconfortent par un gentil regard.

Notons également d’autres bourreaux-illusionnistes comme Bénévol, le Professeur Gauthier, le Professeur Krosso, Max Reywills, Charles De Vere…

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 13 avril 2017.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA