Artefake
Accueil du site   PRINCES ET PRINCESSES

PRINCES ET PRINCESSES

Les contes de fées revisités.

Dans l’univers des films d’animation à la française, existe un franc tireur nommé Michel Ocelot. Cet artiste a développé une œuvre unique hors des sentiers commerciaux. Une œuvre exigeante et sensible qui la conduit au succès planétaire avec Kirikou et Azur et Asmar. Mais avant ce triomphe tout ne fut pas rose. Ce créateur de formes, passionné de dessin dès le plus jeune âge entre aux beaux-arts puis aux arts décoratifs à sa majorité. Il travaille ensuite à Los Angeles chez Walt Disney, et s’en détache très rapidement, n’étant pas en phase avec l’animation à l’américaine.

En 1975, il réalise des épisodes d’animation pour la télévision, dont le héros sera Gédéon le canard. Ne voulant pas être le créateur d’un seul personnage, il crée son chef d’œuvre et obtient la reconnaissance du milieu. En effet, « Les trois inventeurs » réalisé en 1980 raflera de nombreux prix internationaux dont un « British academy award ». Ce film en papier découpé et napperon de pâtissier allait à contre courant de l’animation classique de l’époque. Il n’empêche que le résultat est d’un raffinement et d’une poésie folle.

Les trois inventeurs. Matrice des jeux de découpages cher au réalisateur.

Après une période de vache maigre il travaille à nouveau pour la télévision en 1986 et réalise treize épisodes de quatre minutes intitulés La princesse insensible.

Et c’est en 1989 avec la série Ciné si qu’il atteint l’apogée de sa collaboration avec le petit écran. Il imagine six courts métrages de douze minutes traités en théâtre d’ombre regroupés sous le titre Princes et Princesses.

Avec ces six histoires, Michel Ocelot revient au papier découpé. Il maîtrise cet art comme personne d’autre. Son point de départ est une mise en scène de son propre travail de création. En prologue de chaque conte, un garçon et une fille se retrouvent chaque soir dans une salle de cinéma désaffectée. Un vieux projectionniste leur ouvre les portes du spectacle. En six séances magiques, ils inventent des histoires merveilleuses qui les transportent à travers les siècles et leur font franchir les frontières. Ces trois personnages représentent le réalisateur et ses assistants. Ils se documentent sur l’histoire des costumes et des représentations, inventent des histoires inspirées de contes existant pour les transfigurer et les jouer eux-mêmes. Michel Ocelot nous met dans la confidence et nous immerge dans son travail de création : « Tout ce que vous allez voir est faux. Ce sont des contes de fées. On va se déguiser devant vous et petit à petit vous allez y croire ».

Une belle métaphore résume le travail d’Ocelot et pourrait être reprise par beaucoup : « J’utilise à ma manière les idées de tout le monde. Je joue avec des balles que des jongleurs innombrables ont déjà utilisées de siècle en siècle. Ses balles, qui se sont passées de mains en mains, ne sont pas nouvelles. Mais aujourd’hui c’est moi qui jongle ».

En effet l’art du théâtre d’ombre est ancestral et son utilisation au cinéma a déjà connu ses lettres de gloire en 1925 avec notamment Les aventures du prince Achmed de Lotte Reiniger, l’inventrice du film à silhouette. Michel Ocelot connaît sur le bout des doigts toutes ces histoires et s’amuse à les faire et le défaire devant nos yeux ébahis.

Je vous invite à voir cela de plus près :

La princesse des diamants. Un jeune prince, aidé d’une multitude de fourmis, retrouve les cent onze diamants qui parent le collier d’une princesse. Il parvient ainsi à la sauver du sort qui la frappait et peut l’épouser. Ce conte reprend beaucoup de thèmes classiques : l’animal reconnaissant, les méchants punis, les transformations, la princesse qu’il faut délivrer, les épreuves à réussir, etc. Le réalisateur nous éblouis au passage avec la séquence des diamants, utilisant la technique du papier noir troué et irradié de lumière.

Le garçon des figues. Au temps des égyptiens, un pauvre fellah offre à la reine des figues succulentes mûries en plein hiver. Le fourbe intendant du palais est jaloux des présents que la reine lui offre pour le remercier. Il cherche à supprimer le jeune homme. Sa traîtrise se retournera contre lui. Cette histoire déchiffrée sur des hiéroglyphes serait vraie. Le réalisateur à simplement remplacer le pharaon par une pharaonne pour respecter la dramaturgie de l’ensemble. Il en profite également pour reproduire la faune et la flore égyptienne avec une précision d’horloger.

Le garçon des figues. Précision des représentations égyptiennes

La sorcière. Au Moyen-âge, malgré de puissants assauts, personne n’est jamais parvenu à pénétrer dans le château de la sorcière. Sans aucune arme et contre toutes attentes, un jeune garçon parvient à la séduire et à l’épouser. Cette histoire est originale et reprend l’imagerie « des donjons et dragons ». La sorcière est en fait une inventrice. Elle a des idées et les suit. Comme elle est différente et autonome, qu’elle ne veut pas se soumettre, les gens ordinaires la détestent. Le garçon observe la scène et ne la condamne pas sans raison. Il finit par comprendre qu’au lieu d’attaquer ce problème de front, il suffit de parler simplement et gentiment à cette femme et de lui demander d’ouvrir sa porte.

Le manteau de la vieille dame. Au Japon, un voleur veut dérober son superbe manteau à une très vieille dame. Mais celle-ci est malicieuse et va lui faire passer une nuit qu’il n’oubliera jamais. Ce conte est inspiré d’une histoire japonaise du XIX ème siècle, « La veuve Ohiko », découverte dans les carnets de dessins du grand Hokusai. Michel Ocelot rend ainsi un bel hommage au maître.

La reine cruelle. En l’an 3000, une reine cruelle tue ses prétendants. Un simple montreur de "fabulo", petit animal qui siffle à merveille, parvient à échapper à son méga radar et à son rayon de la mort, et à l’épouser. Inspiré du « Lièvre de mer » des frères Grimm, un récit à l’époque maladroit et raconté par quelqu’un qui ne comprend pas vraiment ce qu’il raconte. Ce texte devient sous la caméra de Michel Ocelot, une savoureuse histoire de duperie. Où se cacher ? Dans un seul endroit insoupçonné, celui là même où se trouve la personne qui vous surveille.

Prince et princesse. De baiser en baiser et de métamorphose en métamorphose, un prince et une princesse souhaitent retrouver leur forme initiale, surtout le prince devenu... princesse ! Avec cette histoire, Michel Ocelot évoque tous les stéréotypes des histoires de princes et de princesses. Tous les faits sont contrariés et rien ne se déroule comme prévu. Les deux personnages se muent en animaux plus ou moins grands, ce qui donne lieu à des couples cocasses comme le teckel et la puce, l’éléphant et la girafe. L’histoire d’un sujet commence dès sa conception dans l’imaginaire de ses parents et de ses proches. L’enfant à venir est source de représentations et d’attentes. Par exemple, selon son identité sexuelle, selon les désirs de perfection ou de performances à son encontre, la société attend de lui un rôle, mais cela peut être lourd de conséquences...

Les bonus.

Fidèle à son sens de la pédagogie, le réalisateur agrémente ses courts métrages de jeux ludiques et intelligents :

« Le jeu des ombres » est un quiz sur les costumes, le symbolisme et les représentations à travers les siècles.

« Théâtre d’ombres » Où et comment fabriquer soi-même un théâtre et des silhouettes pour inventer ses propres histoires.

Il décortique aussi tous ses contes en expliquant leur genèse.

A voir :
- Princes et princesses. DVD disponible chez France Télévisions.

A lire :
- Michel Ocelot, les trésors cachés.
- Azur et Asmar
- Les contes de la nuit.

A Visiter :
- Le site Cinéma et Internet

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayant-droits, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 13 août 2011.
MENTIONS LEGALES :

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication du site internet Artefake : Sébastien BAZOU

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2014
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA