Artefake
Accueil du site   PARENTHESE CUBIQUE

PARENTHESE CUBIQUE

PARIS (Concours de scène FFAP, 23 octobre 2010).

Bertox, Léopoldine et Maxime Delforges, le trio grenoblois de Parenthèse cubique nous a donné une belle leçon de créativité lors du concours de scène de la FFAP. Le jury ne s’y est pas trompé en leur décernant le premier prix en catégorie grandes illusions.

Le pari était risqué : reprendre une illusion connue et pratiquée par une kyrielle de magiciens pour en faire un numéro unique. Ce numéro c’est le carton volant ou Flying box, popularisé par l’américain Andrew Mayne et les hollandais de Magic Unlimited (Gravity box).

C’est André Kole qui est à l’origine de cette illusion avec son effet No feet présenté, entre autre, par Doug Henning en 1983 dans son show Merlin. André Kole qui s’est, lui-même, inspiré des travaux de Joe Karson (1949), l’inventeur de la boule zombie.

Du copiage à la création

De tout temps les magiciens se sont copiés entre eux. Un besoin chronique à reproduire à la virgule près le travail que certain on mit des années à mettre en oeuvre. Si la copie est un passage obligé dans l’apprentissage de la prestidigitation, celle ci doit vite laisser la place à l’interprétation. Si le magicien est rarement le créateur d’un effet ou d’un tour, il peut se démarquer et être original par l’adaptation qu’il en fait. Ce qui compte n’est pas l’effet, ni encore moins le truc, mais "l’enrobage". Quelle présentation, quelle mise en scène et quel sens apporter ?

La copie atteste d’un manque flagrant de créativité ! N’est pas créateur qui veut. Créer, c’est avoir une solide connaissance du sujet que l’on va traiter. Savoir ce qui s’est fait et quelles en sont les sources. Pourquoi refaire telle ou telle illusion si tout à déjà été dit ?

Beaucoup d’illusions se suffisent à elles-mêmes. Il faut convenir que certaines d’entres elles ont un fort potentiel créatif. Il n’y a qu’à voir aujourd’hui, le nombre de version de la femme coupée en deux créée en 1920 par Selbit !

Pour celui qui s’en donne la peine, les possibilités sont énormes. Rien n’est impossible et l’évolution de la magie prend pour base tout ce qui a été inventé de part le passé.

Notre trio grenoblois a compris tout cela. Ils savent que pour faire évolution l’art magique, il faut allé chercher là ou d’autres se sont arrêtés en chemin. Comme le disait si bien Dai Vernon : "on s’arrête toujours de penser trop tôt".

Comment utiliser toutes les ressources du carton volant ?

Maxime Delforges avait tenté de répondre à la question quand il a adapté l’effet avec son trio Just Imagine. Fort de cette expérience, Maxime renouvelle l’aventure avec son ami Bertox et Léopoldine .

Le numéro

Deux hommes habillés en noir arrivent chacun d’un côté de la scène. L’un transportant une sorte de réverbère industriel et l’autre faisant rouler une boîte en lycra blanc. Après avoir soumit la boite aux radiations du réverbère, celle ci commence à léviter dans l’air. Les deux hommes réagissent aux mouvements générés par ce cube mystérieux comme si il était doué d’une vie. Effectivement, la boite est ouverte et apparaît la tête d’une femme. S’en suit un jeu de cache cache à trois, où les lois de l’apesanteur n’ont plus de prise sur la matière.

L’interaction est constante entre le cube et les deux hommes. Les corps s’allongent de façon spectaculaire comme si l’intérieur de la boîte modifiait la matière et l’espace temps. Au final, l’expérience s’arrêtera comme elle a commencé.

Le trio a choisit un esthétisme moderne en noir et blanc. Les costumes noirs vont de paire avec le réverbère et le socle à roulette. Le cube est l’élément de couleur blanche qui se détache du fond, comme la cravate et les bretelles des deux compères. Les couleurs s’inverseront lors d’un beau changement de costumes sous couvert d’un tissu. Ainsi, le contraste du départ est rétablit, les deux hommes faisant corps avec la mystérieuse boîte.

Il faut également souligner le travail de la bande son qui joue sur la dissonance par l’emploi subtil du didjeridoo. La lumière est aussi importante car c’est par elle que tout commence. La magie opère par la présence lumineuse du réverbère.

Parenthèse cubique, comme son nom l’indique, est plus une expérience éphémère qu’une simple grande illusion de plus. L’accent est mit sur la géométrie des formes (le cube et les sphères des balles) et des mouvements (gestuelles). Refusant le côté spectaculaire généralement attribué aux illusions scéniques, le trio grenoblois joue la carte de l’intelligence et de la subtilité avec brio.

A visiter :
- Le site de Parenthèse cubique.
- Le blog de Bertox.
- Le site de Maxime Delforges.

Crédits photos : Gwenael Knichel et Xavier Belmont. Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayant-droits, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 11 décembre 2015.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA