Artefake
Accueil du site   Mikaël SZANYIEL

Mikaël SZANYIEL

1er Prix Colombe d’Or, 1er prix FFAP 2005.

Comment êtes vous entré dans l’univers de la magie (le déclic) ?

A l’âge de 8 ans, j’ai rencontré un magicien pour la première fois, je m’en souviens comme si c’était hier, il faisait les balles en mousse et la cigarette à travers la pièce. J’étais complètement fasciné.

Quand avez-vous franchi le premier pas et comment avez-vous appris ?

A l’époque, lorsque Copperfield passait dans une série d’émissions sur France 3, j’ai décidé d’acheter toutes les boites de magie qui se vendaient en supermarché puis, un jour, je suis tombé sur l’adresse de Mayette Magie Moderne. J’ai commencé à apprendre avec les cassettes de Dominique Duvivier. Comme j’habitais en province, je n’apprenais qu’avec des cassettes et des livres. J’ai pris quelques cours au double fond lorsque je venais sur Paris. A 18 ans, j’ai décidé d’arrêter mes études et me suis installé à Paris. J’ai suivi la formation dispensée à l’école du mime Marceau et je travaillais le soir en close-up dans les restaurants.

Quelles sont les personnes ou les opportunités qui vous ont aidés. A l’inverse un évènement vous a-t-il freiné ?

Mes parents ne m’ont jamais freiné, mon père m’a toujours poussé à faire ce qui me plaisait. J’ai aussi la chance d’avoir une fiancée exceptionnelle qui est très exigeante. Elle me soutient au quotidien et son avis compte énormément pour moi.

Dans le milieu magique, Nestor Hato est pour moi un génie et un ami. On a travaillé ensemble pour mon numéro et je lui demande souvent conseil. C’est un grand passionné qui cherche de nouvelles idées et travaille sans cesse. Par ailleurs, j’ai eu l’opportunité de faire les Tremplins Magiques, lesquels m’ont permis d’entendre ce que James Hodges, Elisabeth Amato, Peter Din et Jean-Philippe Loupi avaient à dire sur mon travail : il y avait des choses agréables à entendre et d’autres beaucoup moins, mais ça a toujours été dans le but de me faire avancer.

Après les tremplins, j’ai continué à envoyer des cassettes de l’évolution de mon numéro à Jean-Philippe qui s’est toujours montré disponible. Nestor Hato et les Tremplins Magiques m’ont appris que l’on travaille mieux quand on collabore et je conseille vraiment de le faire lorsque l’on en a l’occasion. Pour l’instant, je me suis toujours servi des moments durs pour rebondir. Après avoir gagné la Colombe d’Or, je suis parti une semaine plus tard faire le Concours des Lary d’Or et j’ai pris un gros bide dans la salle, le public ne réagissait sur aucun effet et c’est là que j’ai compris qu’il me restait encore beaucoup de travail.

Dans quelles conditions travaillez vous ?

Je travaille, pour la majeure partie de mon temps, dans des restaurants parisiens.

Quelles sont les prestations de magiciens qui vous ont marqué ? Quels sont les styles de magie qui vous attirent ?

Copperfield évidemment, à tel point que, quand j’avais 13 ans, j’essayais de voler dans mon salon ! (mais je vais mieux maintenant...).

Jeff Mc Bride et ses manipulations quand il était passé à Attention magie.

La première conférence de magicien que j’ai vue est celle de Michael Ammar (quand j’ai su qu’il allait expliquer ce qu’il avait montré j’en avais presque les larmes aux yeux à l’idée que j’allais peut être savoir le faire...)

Jean-Philippe Loupi aux Mandrake d’or, quand j’ai vu son numéro, j’ai eu l’envie par la suite de faire du mime.

Un spectacle au double fond de Dominique Duvivier et Gaëtan Bloom qui sont vraiment des créateurs de génie et de vrais show men.

En close-up, j’aime la magie directe et efficace sans trop de bla bla sauf si c’est drôle. En scène, j’aime voir les Killers comme Jeff Mc Bride mais je préfère un personnage qui transmet des émotions comme Jérome Murat (qui pour moi est un des plus beaux numéros au monde)Richard Mc Dougall ou Tina Lenert.

Citez un ou deux tours qui vous viennent à l’esprit comme les plus beaux à regarder, puis les plus beaux à pratiquer.

Ce n’est pas facile, mais je dirais la carte ambitieuse et j’aime beaucoup aussi les effets de voyage impossible comme le billet dans le citron ou autres qui laissent toujours un fort impact sur le public.

Quel conseil ? Quel chemin conseiller à un magicien débutant ?

De beaucoup travailler, regarder le plus de choses possibles : livres, vidéos, émissions de magie... mais aussi s’intéresser à d’autres arts comme le cirque, la danse ou le théâtre, afin de pouvoir choisir sa voie. Il faut montrer son travail le plus souvent possible n’importe où, à ses proches, en terrasse ou en concours, c’est le public qui nous apprend le plus. Apprendre aussi à écouter les autres, tout n’est pas toujours facile à entendre... Il faut savoir parfois se remettre en question, c’est essentiel pour avancer.

Quel regard portez vous sur la magie actuelle ?

J’ai l’impression qu’elle est en train d’évoluer, les recherches de mise en scène sont de plus en plus présentes et c’est tant mieux car je pense que la magie en a besoin.

Quelle est l’importance de la culture dans l’approche de la magie ?

Elle est primordiale pour savoir ce qui a été fait, comment ça a été fait et comment peut être nous on pourrait le faire.

Vos hobbies en dehors de la magie ?

Le basket-ball, mon père était un Champion à l’époque, il a joué contre les plus grands (Jordan, Magic Johnsson, Larry Bird). Le basket est ma deuxième passion après la magie, dommage pour moi que les deux ne soient pas vraiment compatibles car on a vite fait de se prendre un ballon sur le doigt !

- Interview réalisée en novembre 2005.

A lire :
- Le compte-rendu de son numéro.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayant-droits, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Collectif Artefake


Mise à jour effectuée le : 5 novembre 2013.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA