Artefake
Accueil du site   MARIUS

MARIUS

Extrait de la revue L’Illusionniste, N°73 de janvier 1908.

Marius, de son vrai nom Jules David, restera toujours dans le souvenir de ceux qui l’ont vu au Théâtre Robert-Houdin comme le modèle du servant de scène. Nous ne pourrions dire combien d’années le virent collaborer à l’exécution des prestiges présentés sur la scène du boulevard des Italiens.

Lorsqu’il débuta, il était certainement un tout jeune enfant puisqu’il était engagé pour apparaître dans le carton inépuisable de Robert-Houdin. Depuis, il figura dans tous les grands trucs qui parurent au programme : Nain-Jaune, Valet de Trèfle, Stroubaïka, Auberge du Diable, etc. Mais c’est surtout dans la première partie du spectacle lorsque, sous la livrée du servant, il prêtait son assistance intelligente et attentive à l’opérateur en scène, que sa personnalité se révélait.

Marius vers 1888 au Théâtre Robert-Houdin dans une pièce spirite.

Chacun des artistes qui se sont succédés boulevard des Italiens, se plaît a reconnaître le propos, plein de tact, avec lequel Marius savait parer à un accident et apporter un dénouement d’allure toujours magique aux tours qui ne pouvaient suivre leur marche normale. Sa tenue en scène peut être considérée comme un modèle pour tous les servants à venir. Ce n’était pas le pitre qui lève les bras au ciel avec un air ahuri a chaque exploit du magicien, attitude que le public ne peut accepter puisqu’il n’ignore pas que l’aide du prestidigitateur est le témoin journalier des tours qu’on lui présente. Ce n’était pas non plus ce servant qui regarde l’auditoire d’un air de compassion, semblant lui dire : « Vous êtes étonnés mais Moi ! je connais tout cela ! »

Marius, assistant d’Harmington vers 1890 au Théâtre Robert-Houdin (photo à double exposition).

Marius avait magnifiquement campé son personnage : il semblait regarder l’opérateur comme étant capable d’accomplir les actions les plus merveilleuses et si Celui-ci lui avait dit : Marius je vais faire, venir le Panthéon ici, sur cette scène... » i1 aurait répondu tout simplement : « Bien ! » qui était la laconique réponse avec laquelle il accueillait toutes les propositions d’expériences.

Cette impassibilité avait tourné au comique et c’est sans se départir de son habituelle froideur qu’il répondait à toutes les interpellations. En voici un exemple :

- HARMINGTON : "Marius avez-vous acheté les pêches que je vous avais demandées ?"
- MARIUS : "Non Monsieur."
- HARMINGTON : "Et pourquoi cela, s’il vous plaît ?"
- MARIUS : "Parce qu’elles coûtaient 2 francs pièce."
- HARMINGTON : "Eh bien, qu’est-ce que cela fait ? Ne savez-vous pas que je ne lésine jamais quand il s’agit de réaliser mes expériences."
- MARIUS : "Mais vous ne m’avez donné que quatre sous !"

Tous les opérateurs du Théâtre Robert-Houdin ont eu avec Marius des dialogues de ce genre qui mettaient le public en grande gaîté. Des directeurs de théâtre ayant entendu parler de cet artiste comique lui firent des propositions avantageuses. Marius se laissa tenter et parut sur le théâtre des Bouffes du Nord (1) . Mais... il n’était plus dans son cadre, et dut vite renoncer à la carrière dramatique. Il abandonna aussi la baguette magique qu’il avait tenue un instant pour son propre compte après cet infructueux essai et trouva, dit-on, la fortune dans un commerce de vins, en Algérie.

J. C.

Note de Didier Morax :
- (1) Marius quitta le Théâtre Robert-Houdin en 1911 après 20 ans de présence et se produisit au Théâtre POMPADOUR Situé au 11 bd des Italiens. Il n’a jamais travaillé aux Bouffes du Nord.

Documents : Collection Christian Fechner / Akyna & Morax. Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 21 mai 2013.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA