Artefake
Accueil du site   LES EMISSIONS DE MAGIE

LES EMISSIONS DE MAGIE

Petit historique en France et aux Etats-Unis.

La télévision a depuis longtemps employé de nombreux magiciens. Petite histoire des liens entre le petit écran et le monde de la prestidigitation. Les apparitions de magiciens à la télévision française sont innombrables et exhaustives depuis le début des années 1940.

On peut noter le passage de nombreux magiciens dans Le Cabaret du soir (1957-1959) comme Maurice Saltano et surtout dans La Piste aux étoiles, l’émission de Gilles Margaritis dès 1964, comme Mac Ronay, dont on se souvient de son célèbre dresseur de puces et des mouvements de tête qui ponctuaient les cabrioles imaginaires des petites bêtes.

Mac Ronay

Les premières émissions françaises entièrement consacrées à la magie, et destinées au grand public, ont vu le jour dans les années 70, bien que Dominique Webb fut un précurseur avec son émission La foire aux illusions, dès 1961, en mélangeant la magie aux effets spéciaux avec son compère Jacques Hilling.

Dominique Webb et Jacques Hilling.

Citons :
- Gérard Majax, de 1975 à 1982, avec Y’a un truc, Abracadabra, Passe-passe, Magie-surprise (caméra cachée), La caverne d’Abracadabra et Magie-Majax.

Gérard Majax.

- Animé par l’envie « de faire le prolongement » de ses livres (la fameuse Trilogie) à la télévision, Jacques Delord, écrit et imagine les tours des trois séries des Ateliers du magicien (1976-1978) diffusées sur FR3. Une émission en parallèle à Y’a un truc de Majax et dans un soucis plus pédagogique, élevant la magie à un art et non pas à un simple « truc ». Les passages de Delord auront durablement marqué l’esprit des spectateurs et donné le goût à l’art magique à toute une génération de magiciens (Hugues Protat, François Normag, Peter Din, Bertrand Crimet...).

Jacques Delord (document INA).

José Garcimore.

Durant cette période, la prestidigitation est surtout mise en avant dans des émissions consacrées aux enfants. Exemple le plus marquant : le magicien catalogué « maladroit » José Garcimore. Ce dernier intervenait dans Les Visiteurs du mercredi, une émission au cours de laquelle on retrouvait également Gilles Arthur, qui lancera dans les années 90 une émission nommée Attention Magie !, puis Les Mandrake d’Or.

Gilles Arthur.

A la même époque, Michel Drucker mettra en avant un jeune magicien nommé Sylvain Mirouf, qui interviendra plusieurs fois par semaine dans l’émission Studio Gabriel puis dans Vivement dimanche.

Sylvain Mirouf.

Autre prestidigitateur français populaire : Bernard Bilis qui officia plusieurs fois par semaine dans Coucou c’est nous de Christophe Dechavanne de 1992 à 1995.

Bernard Bilis.

Mais l’émission qui a véritablement popularisé l’art de la magie auprès du grand public demeure incontestablement Le Plus Grand Cabaret du Monde présenté par Patrick Sébastien depuis 1998. Que ce soit pour des numéros de magie rapprochée, dite close-up, ou des grandes illusions, le large spectre du monde de l’illusion est largement représenté dans cette émission diffusée une fois par mois sur France 2. On y retrouve des intervenants réguliers, à commencer par Bernard Bilis et Dani Lary.

Dani Lary.

Patrick Sébastien a également valorisé des prestidigitateurs moins connus du grand public, mais néanmoins très respectés au sein de la communauté magique à l’instar de Yann Frisch et Juan Tamariz, véritable légende vivante de la cartomagie.

Eric Antoine.

Depuis 2006, la magie a suscité un regain d’intérêt : de nombreux prestidigitateurs et mentalistes se sont produits dans le cadre de l’émission La France a un incroyable talent, à l’instar de Eric Leblon, Yves Doumergue, Jean-Luc Bertrand, Gus, Les French Twins et surtout Eric Antoine qui débutera une carrière scénique et télévisuelle dans la foulée et deviendra une figure majeure du "magicien grand public". N’oublions pas le beau et grand vainqueur de l’édition 2016, le magicien mentaliste Antonio Bembibre.

Stefan Leyshon.

Stefan Leyshon, magicien réputé qui travaille désormais pour des marques comme Vuitton, avait également conçue en 2007 une émission intitulée Magiciens : leurs plus grands secrets sur M6 où il était entouré d’un casting de choix : Caroline Marx, Gaëtan Bloom, et le déjanté Otto Wessely.

La Grande Illusion sur France 3 (2007), utilisera la magie sous forme de caméras cachées avec les magiciens Sébastien Camersini, Frank Truong, Caroline Marx et Senzo.

La Street Magic avec Kamel le magicien sur Canal + (2010-2013) reprendra la formule popularisée par David Blaine à la fin des années 90.

Eric Antoine et Calista.

Quand à Eric Antoine, il concrétisera en 2015 avec France 4 un concept d’émission entre sketchs et magie intitulé Les Délires magiques, avec les excellentes interventions de Laurent Beretta et Fred Razon.

On retrouvera d’ailleurs ce dernier, aux côtés d’Enzo, Luc Langevin, Gus, Caroline Marx et Kamel le magicien, dans une nouvelle émission diffusée sur TF1 en 2017 : Diversion.

Aux Etats-Unis

Les premières émissions de magie Outre-Atlantique ont été diffusées dès les années 60.

Mark Wilson.

Citons parmi les précurseurs Mark Wilson avec Magic Land of Allakazam en 1960 sur CBS et ABC. Wilson est d’ailleurs considéré comme le premier magicien de la télévision.

Doug Henning.

Une décennie plus tard, Doug Henning s’est inspiré des exploits d’Houdini pour produire une émission spéciale, diffusée en 1975. Les chiffres sont éloquents : plus de 50 millions de téléspectateurs furent derrière leur petit écran pour la diffusion de l’émission Le Monde de Doug Henning, présenté par Bill Cosby.

Uri Geller.

Certains magiciens, à l’instar de l’israélien Uri Geller, prétendent posséder de réels pouvoirs, comme tordre des éléments métalliques, des cuillères avec la simple force de l’esprit.

Animateur de télévision pendant les années 1970, Geller prétend avoir la faculté occulte de plier le métal. Le 14 mars 1987, il fût invité à l’émission Droit de réponse animée par Michel Polac intitulée L’Effet Geller.

Heureusement, des illusionnistes comme James Randi ou Gérard Majax ont prouvé scientifiquement que ces pouvoirs n’avaient rien de surnaturel, en démasquant les faussaires grâce à des comités.

David Copperfield.

Dans les années 90, David Copperfield a fasciné des milliers de spectateurs et généré des vocations, avec des grandes illusions qui ont marqué plusieurs générations, comme la disparition de la Statue de la Liberté, des évasions ou encore sa célèbre lévitation. Selon le magazine Forbes, il est le magicien qui a connu le plus grand succès commercial de tous les temps. Son œuvre est marquée par une recherche scénographique très avancée.

Avec son style nonchalant, David Blaine a quant à lui popularisé la street magie en 1997 grâce à son habileté et une manière de filmer ses exploits de façon très naturelle, dans la rue. Cet illusionniste a officié pour de nombreuses célébrités comme Will Smith ou encore George W. Busch. A ce titre, Kamel le magicien s’est grandement inspiré de David Blaine pour ses performances dans le Grand journal de Canal +, période Michel Denisot.

David Blaine.

David Blaine est également mondialement connu pour ses nombreuses performances à grand spectacle dans le domaine de l’endurance, de véritables exploits mettant en jeu son intégrité physique et sa vie. Il détient dans ce domaine plusieurs records mondiaux et figure au Livre Guinness des records.

Par ailleurs certaines émissions américaines, comme celle de Criss Angel, Dynamo ou Cyril Takayama ne sont pas tournées en "conditions réelles", mais font appel à des figurants complices et à des angles de caméra spécifiques.

Cyril Takayama.

Dans un autre registre, certaines émissions ont carrément révélé les secrets des magiciens, ce qui a soulevé la colère du monde de l’illusion (Breaking the Magician’s Code : Magic’s Biggest Secrets Finally Revealed du magicien masqué Val Valentino en 1998). Car réaliser un nouveau tour de magie et le créer, représente de nombreuses heures de travail. Révéler un secret va à l’encontre de l’éthique de la communauté magique.

Val Valentino.

Néanmoins révéler quelques secrets permet de mieux apprécier encore toutes les subtilités de l’art de la prestidigitation. C’est précisément la vision du duo magique le plus populaire aux Etats-Unis, Penn & Teller. Le tandem révèle quelques tours en deux temps : ils réalisent le tour une première fois, avant de révéler les secrets la deuxième fois.

Devant leur succès, Penn & Teller a depuis mis en place de nombreuses émissions TV qui remportent un succès mondial, à l’instar de Fool Us, où ils invitent les meilleurs magiciens mondiaux à leur présenter un tour, dont ils doivent trouver le secret.

Penn & Teller.

Dans Wizard Wars, autre émission de Penn & Teller, des illusionnistes sont invités à réaliser des tours de magie avec des objets ordinaires et des contraintes imposées par les organisateurs.

Bien que rendue populaire par le petit écran, depuis plus de 60 ans, la magie est également présente dans des théâtres et sur des scènes de spectacles (sa vocation première). Des magiciens popularisés par la télévision comme Eric Antoine et Alain Choquette, remplissent les salles et divertissent un large public.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Hervé TROCCAZ


Mise à jour effectuée le : 1er février 2017.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA