Artefake
Accueil du site   LE MAITRE

LE MAITRE

Qui n’a pas rêvé d’avoir un Maître, un vrai ! De le suivre pas à pas pour s’épanouir dans la voie qu’il a choisi de suivre.

Je pense, qu’à n’importe quelle étape de notre vie artistique, à n’importe quelle période de notre carrière, notre envie d’aller plus loin, notre ambition d’aller plus profondément dans l’Art, nous pousse à accompagner notre Maître et à le garder le plus longtemps possible auprès de nous. Et si un jour la vie nous l’enlève prématurément, alors croyez-moi, nous nous sentirons profondément orphelin et le temps n’y pourra rien changer car le vide qu’il aura laissé dans notre vie ne se remplira jamais plus.

Mais comment choisir son Maître ? Comment le trouver ? Comment le reconnaître ?

Les mots sont inutiles pour trouver des réponses à ces questions. Il faut laisser parler son cœur. Tout n’est qu’une question de sensation, de sincérité, de compréhension mutuelle et surtout d’amour. On ne choisit pas son Maître, on devient naturellement son disciple ni plus, ni moins.

Parfois, l’un d’entre nous est considéré comme un Maître par ses pairs sans qu’il en ai lui même la volonté. Faut-il accepter cette appellation ? Cette décision des autres ? Oui ! Car à quoi bon lutter contre ceux qui vous aime et vous admire ? De toute manière, il serait présomptueux de s’intituler « Maître » soi-même. Par contre, si ce sont les autres qui le disent... alors, où est le mal ? Les vrais Maîtres - à ne pas confondre avec ces « soi-disant » professeurs qui s’entourent de leurs élèves pour être le centre d’attention du monde et qui ne désirent qu’une chose, faire une copie conforme d’eux-même au lieu de développer la propre personnalité de leurs élèves - je disais donc, que les vrais Maîtres sont rares.

Nous avons à l’École Magique de Madrid la grande chance d’en connaître et d’en côtoyer quelques-uns (quel privilège !) et parfois, lorsque je les observe discrètement, je me surprends à penser que, eux aussi, lorsqu’ils se retrouvent seul face à leurs pensées doivent soudain trouver leur solitude lourde à porter. Finalement, leur unique alternative est alors de s’entourer de leurs « fils » ou de leurs « frères » afin qu’ils ne soient pas trop seuls. Mais même, à ce moment-là, ne pensez-vous pas qu’ils se sentent un peu orphelin ? Car eux aussi, à cette période de leur vie, aimeraient avoir à côté d’eux ce père qui n’est plus là.

Je reste persuadé qu’un Maître est un père spirituel qui nous élève tant bien que mal afin qu’un jour nous puissions voler de nos propres ailes.

Et cet envol n’est pas simplement un envol artistique mais bien un envol à dimension humaine. L’initiation d’une vie, de toute une vie au travers de l’Art que nous avons choisi de pratiquer pour exprimer qui nous sommes. Notre Art et notre vie se réunissant pour ne faire alors plus qu’un. En Orient, on considère que toute connaissance consiste en l’initiation du disciple par un Maître, particulièrement en ce qui concerne la connaissance de soi, qui est considérée comme la connaissance essentielle et ultime.

L’Art que nous pratiquons n’est qu’une manière d’explorer plus profondément notre personnalité profonde. D’aller plus loin dans la connaissance de notre âme, de notre esprit, de notre corps. Finalement l’Art n’est qu’un prétexte à nous accomplir, à nous trouver une raison d’être, une raison d’exister. Je crois que lorsqu’on s’arrête sur sa vie et que l’on jette un coup d’œil en arrière, on se rend compte que plus le temps passe, plus la vie semble s’accélérer.

Nous ne sommes que des voyageurs momentanés du temps et la vie est une école difficile qui nous apprend que nous ne savons pas grand chose sur elle-même. Toutes les questions sur son sens ce sont déjà posées, mais qui d’entre nous à trouvé une réponse satisfaisante ? L’être humain imparfait que nous sommes se rend compte que la vie est courte, trop courte pour accomplir tout ce dont nous désirons. Trop courte pour étudier notre Art tel que nous voudrions l’étudier.

C’est en prenant conscience de cette course contre la montre, que nous multiplions nos efforts afin de nous approcher de cette quête impossible qu’est de dominer les techniques de notre Art pour mieux dominer notre vie. Les dominer pour encore mieux exister ! Et certains d’entres nous y arrivent avec plus ou moins de talent.

Notre quête de popularité, de connaissance, n’est-elle pas simplement une envie de devenir immortel ? L’irrésistible envie que notre nom reste gravé dans l’histoire malgré le temps ? Nos Maîtres ne sont-ils pas ceux qui ont voulu ou veulent transmettre leurs connaissances afin qu’au travers de celles-ci, ils vivent encore et toujours ? Le Maître n’est-il pas celui qui existe au travers de ses disciples ? Roberto Giobbi, Aurelio Paviatto et les autres fils spirituel d’Arturo de Ascanio ne sont-ils pas la continuité d’une forme de penser, d’une forme de pratiquer qui n’est autre que celle de Arturo ?

Le Maître est Maître parce qu’il a transmis son savoir avec amour et sincérité à ses disciples afin qu’à travers eux, cette nouvelle génération puissent répéter dans le temps la même démarche. Le disciple n’est disciple que parce qu’il accepte totalement cet héritage. Qui me contredira si je dis que notre rôle à nous, disciple, est de perpétuer une tradition qui n’est autre qu’un effort à rendre immortel notre Maître ?

Le vrai Maître est celui qui se donne généreusement à ses disciples, celui qui ne garde rien pour lui. Bien entendu, ses disciples, il les choisis avec précaution, avec sensation. Il doit « sentir » qu’ils sont aptes à recevoir ce qu’il a à leur offrir. En fait, il leur permet de défricher le terrain de l’expérience et de la connaissance pour le rendre plus accessible, plus rapide, plus profond. Sa véritable voie est le don de soi afin que ses disciples puissent aller beaucoup plus loin que lui. Ce qui est normal puisque ayant commencé leurs chemins de travail à un point plus avancé que le point où leur Maître a lui même débuté, ils devraient en toute logique le dépasser. C’est ce qui devrait normalement arriver mais c’est ce qui n’arrive pas toujours.

A l’époque des samouraïs, il était d’usage de recevoir le nom d’un Maître en lui succédant. Dans le milieu des guerriers, cette coutume facilitait bien sûr le maintien de l’école à laquelle ils appartenaient mais, surtout, elle correspondait à la croyance que la personne physique et spirituelle de celui dont quelqu’un recevait le nom revivait en lui. Ne serait-ce pas une belle idée d’ajouter à notre nom celui de notre Maître ?

Soyez heureux et surtout profitez de chaque instant passé en compagnie de votre Maître car ce temps-là est inestimable !

A voir :
- L’interview de carlos Vaquera sur Chop-Cup.com.

Auteur : Carlos VAQUERA


Mise à jour effectuée le : 10 août 2011.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA