Artefake
Accueil du site   LE DEBINAGE EST-IL L’ENNEMI DE LA MAGIE ?

LE DEBINAGE EST-IL L’ENNEMI DE LA MAGIE ?

Si vous prenez n’importe quel dictionnaire, et que vous y cherchez la définition de "débinage", vous tomberez sur "critiquer une personne de façon malveillante" ou "dénigrer quelque chose" mais rarement sur la définition qui intéresse les magiciens, à savoir : "dévoiler le secret de quelque chose".

On a donc coutume de dire que, lorsqu’un magicien révèle un secret, il "débine"... et par extension, "il met en danger toute la profession".

Le débinage n’est pas nouveau. Il a toujours existé. De tout temps, la population a voulu savoir comment les magiciens s’y prenaient pour créer leurs illusions. Connaître leurs secrets. Aujourd’hui plus que jamais, l’information est omniprésente. Notamment sur Internet. Plus que jamais, les magiciens se sentent menacés : ils ont conscience que, pour la première fois à grande échelle, leur patrimoine est mis à la disposition du grand public. Pire, des chaînes de TV diffusent à une heure de grande écoute des émissions où un magicien, masqué ou non, révèle le truc des plus grandes illusions connues ou tout simplement un principe magique.

Personnellement, je suis nettement moins "gêné" par ce type d’évolution de l’art magique. Pourquoi ? Parce que j’estime que le principe même de l’art magique est bien de surprendre et de divertir ; et non pas de convaincre. En d’autres mots, le magicien s’intéresse avant tout au moment présent. C’est-à-dire que notre devoir est de bluffer tel ou tel public pour tel ou tel moment. Qu’ensuite il comprenne ce qui s’est passé, qu’il trouve une solution, ça n’est pas grave. Le magicien n’a jamais prétendu posséder tel ou tel pouvoir, si ce n’est celui de divertir et d’étonner.

La plupart des magiciens qui craignent pour leur art s’appuient nécessairement sur le secret. Le secret est-il le truc ? Le truc n’est-il pas ailleurs ?

A titre personnel, je crois qu’il ne faut pas confondre le mystère et le secret. Depuis plus de 20 ans que je pratique l’art magique, je continue d’être bluffé et étonné. Je fais d’ailleurs probablement parti du premier public qui se déplace pour voir un spectacle de magie. Et j’en ressors souvent étonné, diverti. Même si parfois j’ai compris le truc... qui n’est au final qu’une composante de l’art magique.

En 2009 Juan Tamariz, est revenu en France lors du Congrès FFAP de Vannes. Je crois bien que, fort de ses 60 années de pratique, il a donné mal à la tête à la quasi totalité des magiciens présents ce jour là. Je n’ai d’ailleurs toujours pas la moindre solution à la plupart de ses tours. Comme quoi, malgré des centaines de lectures, des milliers d’heures de pratique, le mystère peut être entier.

Les magiciens se doivent d’innover. Leur réelle capacité, c’est de détourner certaines lois physiques à leur avantage. De créer des illusions visuelles pour renforcer les illusions cognitives. C’est une démarche sans fin. C’est pour cette raison, à mon avis, que le débinage n’a pas de réel impact.

Tout au plus, il assouvira la curiosité de certains qui se diront : "ah, je savais bien qu’il y avait un truc". Pour d’autres, ça sera peut-être une révélation, une vocation qui naîtra.

Comment doivent se comporter les magiciens face au débinage ? Prendre les gens à contre-pied en créant une autre façon de réaliser la même illusion est une première solution. Solutions qui pourraient bien vous déconcerter car le principe même de la magie est de vous faire perdre tout raisonnement. De fermer les portes qui vous guideraient vers la solution. David Copperfield l’a d’ailleurs bien compris, lui qui sait que ses spectateurs sont aussi composés de magiciens, débutants ou confirmés : il crée des illusions qui bluffent aussi bien le grand public que les magiciens.

Les illusionnistes qui débinent ne sont pas tous mangés à la même sauce. Alors que Valentino le magicien masqué a été très critiqué, l’improbable et hilarant duo Penn et Teller a, bien avant lui, "démocratisé" l’art magique. J’écris "démocratisé" car il semblerait que, pour certains magiciens, il y a débinage et débinage…

Alors évidemment, tout est question de perception : le duo Penn et Teller, complètement déjanté, offre une image bien plus sympathique que le magicien masqué. C’est là aussi un vrai tour de magie au final : là où le duo apparaît comme "pédagogue", le magicien masqué incarne le mal absolu : celui qui révèle les trucs ! Au final, Penn et Teller révèlent les trucs également... mais avec la manière, l’humour, la dérision ! Et ça marche ! Même les magiciens les adorent !

Ce n’est pas parce que vous connaissez un truc de magicien que vous savez ce qu’est la magie. La prestidigitation est un art de longue haleine. On ne finit jamais d’apprendre.

Ce qui peut vous arriver de pire si vous vous lancez dans cette passion, c’est de vous enfermer dans le secret. Ne croyez pas que le secret et le truc sont la magie. C’est bien votre personnalité, votre mise en scène, votre talent qui fera la magie. Le reste n’est qu’accessoire. Mais pour comprendre tout ça, il vous faudra quelques années de pratique...

- Source : Club de Magie.

A lire :
- Le débinage.
- La divulgation du secret.
- Cinq secrets.

Auteur : Vincent DELOURMEL


Mise à jour effectuée le : 30 janvier 2013.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA