Artefake
Accueil du site   L’ESCALIER MAGIQUE DE CHAMBORD

L’ESCALIER MAGIQUE DE CHAMBORD

Le château de Chambord (Loir et Cher) est une œuvre d’art unique au monde, une merveille de la renaissance, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, fruit d’une véritable mathématisation de l’architecture. Une grandiose folie due au roi François Ier. Un délire architectural aux proportions gigantesques avec ses 440 pièces, ses 83 escaliers et ses 365 cheminées sculptées. Chambord, c’est la démesure et le théâtre du faste de l’époque, surpassant Versailles. Commencé en 1518, les travaux dureront jusqu’en 1547 date de la mort du roi. Le château reste inachevé et prend sa forme définitive sous l’impulsion d’Henri II.

L’ombre de Léonardo Da Vinci

Construit au cœur du plus grand parc forestier clos d’Europe (5500 ha), Le château de Chambord est une œuvre commanditée par François Ier. Si le nom de l’architecte ne nous est pas connu, la conception du bâtiment semble sortir tout droit de la pensée fertile de Leonardo da Vinci. En effet, le maître italien venu s’installer à Amboise en 1516 sur invitation du souverain, en tant que « premier peintre ingénieur et architecte du roi », mourut en 1519 date des débuts des travaux de Chambord. Dans l’œuvre de Leonardo da Vinci, aucune création architecturale n’a dépassé le stade de l’esquisse et du projet sur papier. Chambord constituerait alors la seule œuvre architecturale et l’ultime testament artistique de ce génie de la renaissance italienne, Sachant la volonté de François Ier d’introduire l’art italien dans son royaume. En revanche, l’escalier central du château est bien une création originale du maître florentin.

Etude de Leonardo da Vinci pour un escalier à quatre volées.

L’escalier à double révolution

Dans l’antre du château se trouve un escalier révolutionnaire qui dessert les deux étages et la terrasse de l’édifice. Cet escalier est placé au centre du donjon et distribue les pièces en symétrie. Ce plan est inspiré des villas toscanes, à savoir, un vestibule en croix desservi par un escalier central. Ce genre de construction fut décrit par l’architecte vénitien Andrea Palladio en 1570 avec quelques variantes à quatre révolutions.

L’escalier est constitué de deux vis qui montent l’une sur l’autre jusqu’aux terrasses. Les deux rampes semblent n’en former qu’une seule et pourtant jamais elles ne se croisent. Un noyau central, ajouré, permet aux courtisans de s’apercevoir d’une hélice à l’autre sans jamais se croiser ! Un véritable tour de passe-passe. Ce jeu de cache-cache permettait d’accueillir plus de personnes qu’un escalier à simple rampe.

Ce plan rotatif apparaît comme une construction organique et articulée, alimentée par la turbine de l’escalier et de son noyau central. Une forme de transcription à l’architecture des principes dynamiques universels que Leonardo da Vinci, l’ingénieur, étudie dans les domaines de l’hydraulique ou de l’aérologie. Avec cette construction étourdissante, le visiteur est pris dans une spirale illusoire et ludique ; propulsé par la pensée à l’intérieur même du génie visionnaire de la renaissance.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 24 août 2012.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA