Artefake
Accueil du site   ILLUSIONS MAGIQUES 1 / Cabaret, magie visuelle et cirque

ILLUSIONS MAGIQUES 1 / Cabaret, magie visuelle et cirque

Stars Europe (Briare, samedi 28 mars 2015).

Avec la participation de : Sébastien Fourie, Yann Frisch, Raymond Raymondson, Romain Lalire, Anaïs Albisetti et Pedro Consciencia, Béatrice Esterle, Chiara Marese.

Briare, 6000 habitants, à l’Est d’Orléans, connue, depuis le XIXe siècle pour son usine d’émaux, et récemment devenue une capitale de la navigation de plaisance, possède, chef-d’œuvre architectural auquel participa Gustave Eiffel, le très célèbre Pont canal de Briare (1896) qui traverse la Loire sur quelque sept cent mètres.

Depuis 2013, un peu à l’écart de l’agglomération, Briare a accueilli STARS Europe, un grand studio de cinéma, préparations d’événementiels et de spectacles, créé et dirigé par Bruno Limoge, homme aussi discret qu’efficace. Très bien équipé avec projecteurs asservis, l’endroit est transformable en salle et scène d’une ouverture d’une quinzaine de mètres, pouvant accueillir quatre cent personnes...

Avec l’appui de l’Atelier, une association dirigée par Vincent Frégeai qui a pour but de créer des événements culturels, et d’Artefake partenaire artistique pour les magiciens, a donc été créée la première édition de ce cabaret avec, en alternance, des numéros d’acrobatie et de magie, ainsi qu’un trio de jeunes femmes avec des chansons de jazz, pour plus de trois cent spectateurs. Avec aussi remise d’un Prix à un magicien, un autre prix consistant en une semaine de résidence de travail à STARS pour un autre magicien, et un Prix du public, pour un circassien.

Sébastien Fourie a commencé la soirée avec un numéro de magie bien connu, celui dit des cordes, qui, très au point sur le plan technique, souffrait d’une esthétique assez faible.

Suivit le numéro de jeunes et brillants acrobates, encore élèves de l’Ecole du Cirque de Chalon en Champagne, Anaïs Albisetti et Pedro Consciencia. Avec portés et divers sauts périlleux : rapidité, souplesse, force et virtuosité, et donc à la base, un sacré travail physique mais aussi mental : le moindre dérapage pouvant être catastrophique.... Certains moments rappelant des merveilleux dessins de tombe égyptienne quelques deux mille ans avant J.C. L’acrobatie moderne remontant aux anciennes traditions méditerranéennes ou chinoises.

Le deuxième magicien, dernier champion du monde donc hors concours : Yann Frisch, lui aussi très jeune, fait preuve d’une virtuosité telle qu’il est impossible de suivre le mouvement de petites balles sur une table noire. Comme si notre rapport à l’objet en devenait, d’un seul coup, profondément modifié.

Suivit un numéro plus classique de tissus aériens par Béatrice Esterle.

Et après entracte, où trois jeunes femmes ont chanté des airs de jazz, un "solo à prétention magique" de Raymond Raymondson, celui d’un clown qui rate presque tous ses tours. Mais, faute d’une mise en scène correcte et de gags suffisamment travaillés, ce solo reste peu efficace.

Mavara project #4 de Chiara Marese, est un travail sur corde molle. Un voyage en soi-même, comme semble en témoigner la figure de petite fille qu’elle a contre son épaule et avec laquelle elle évolue avec une belle virtuosité. Promenade souvent émouvante et gracieuse, mais soutenue par une bande-son faite de bruits de la rue, chuchotements et paroles en sicilien, donc qui nous échappe un peu.

Dernier numéro de magie actuelle, à mi-chemin entre art visuel, acrobatie et théâtre d’ombres, Kumo (nuage en japonais) de Romain Lalire. Vêtu d’une longue robe noire, il glisse sur la scène avec une virtuosité exemplaire, tout en jonglant avec une grosse boule de verre, pendant que son ombre se projette sur l’écran, parfois accompagnée d’autres ombres... Impressionnant, et sans doute le numéro le plus poétique.

Enfin, un numéro de trapèze classique avec la même Béatrice Esterle, toujours au-dessus du public et sans filet, accompagnée par l’une des chanteuses, avec l’Ave Maria de Charles Gounod.

Le spectacle était "animé" par un Monsieur Loyal, très maquillé, en queue de pie rouge à paillettes dorées, pantalon noir et chaussures vernies, comme sorti d’un film de Federico Fellini, et auquel Gary Yann servait un peu de faire-valoir. Se présentant comme animateur et producteur de spectacles, et parlant à plusieurs reprises de sa longue carrière, "autrefois danseur à l’Opéra de Paris puis danseur soliste à l’Opéra de Nice ", récitant un poème de son cru à Béatrice Esterle. Et parlant de la France comme d’un pays dirigé par un gland. Comme un théâtre dans le théâtre ! Pathétique mais pas grave.

Les spectateurs étaient heureux d’être là ensemble, attentifs à ces formes artistiques du corps, plus qu’à un théâtre de texte. Le cabaret est un forme artistique qui ne cesse d’avoir des hauts et des bas depuis plus d’une centaine d’années mais qui semble avoir retrouvé ici, le temps d’un soir une belle jeunesse et un public populaire.

Le prix du public alla au couple d’acrobates, la résidence fut attribuée à Sébastien Fourie, pour poursuivre son travail, et le Trophée à Romain Lalire, lui donnant une reconnaissance professionnelle très utile... A l’évidence, Vincent Frégeai, Bruno Limoge et leurs équipes ont bien réussi leur coup (un grand panneau affichait complet !) et n’ont aucune inquiétude à avoir pour une seconde édition.

- Source : Le Théâtre du Blog.

A lire :
- Illusions Magiques 2.

Crédit Photos : Christophe Lörsch. Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Philippe du VIGNAL


Mise à jour effectuée le : 9 mars 2017.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA