Artefake
Accueil du site   HISTOIRE DES FUNAMBULES ET DE LA PANTOMIME

HISTOIRE DES FUNAMBULES ET DE LA PANTOMIME

Journal du théâtre des Funambules n°2 (1ère année, 1874).

Vers l’an 600, sous Clotaire II, célèbre par le meurtre de Brunehaut, les Panto-mimes, qu’on appela plus tard Funambules, commencèrent à joindre leurs jeux aux premiers spectacles qui se composaient de tournois. On désignait sous le nom de Panto-mimes, chez les Romains, des acteurs qui, par des mouvements, des signes, des gestes, et sans s’aider de discours, exprimaient des passions, des caractères et des événements.

Les Panto-mimes, qui furent les premiers comédiens parmi les français, comme ils l’avaient été chez les Grecs et les Romains, amusaient le peuple par des postures et des chansons qui prouvaient toute la grossièreté du siècle. Le roi voulant corriger ces abus, qui allaient jusqu’à la licence, déclara les histrions incapables d’être admis en témoignage contre les personnes d’une condition libre. Cette peine infamante fit tomber les Panto-mimes, qui furent remplacés par les farceurs et les bateleurs.

Au dire de Salvien, Marseille est, dans le Vème siècle, la première ville des Gaules qui ait accueilli les mimes de Rome. Les spectacles d’alors n’étaient, selon lui, que d’indécentes déclamations, un amalgame honteux de gestes et de danses obscènes. Le véritable berceau de la pantomime vraie est l’Italie. La pantomime italienne sera toujours le chef-d’oeuvre du genre. Ses principaux personnages étaient Cassandre, Gille, Pantalon, Arlequin, Colombine, etc. L’Angleterre, qui vient après, ne nous présenta que des clowns au lieu de Gille et de Pierrot.

Madame Saqui en 1820.

On a joué la pantomime aux foires Saint- Laurent, Saint-Germain, Saint Ovide ; chez Nicolet, chez Audinot. — Vers 1790, un italien nommé Lazzari devint directeur d’un théâtre construit en 1777, par un sieur Tessier, ancien acteur de province, sur le boulevard du Temple, vis-à-vis la rue Char- lot et le Cadran-Bleu (ne pas confondre le théâtre de Lazzari avec celui que fonda Frénoy-Audeville, à côté du théâtre de madame Saqui). Lazzari donna à son théâtre le nom de Variétés-Amusantes. C’est à ce spectacle que la Baleine avalait Arlequin, et, à son tour, ce qui est plus fort qu’Arlequin avalait la Baleine. Le théâtre de Lazzari subsista jusqu’en 1798, où, le 31 mai, à 9 heures du soir, il devint la proie des flammes, après une représentation de la Baleine avalée par Arlequin.

Théâtre des funambules en 1862.

On a joué la pantomime au café d’Apollon, en 1809, et enfin aux Funambules du boulevard du Temple, ouverts par tolérance en 1816. — Pour pénétrer dans la salle des Funambules, espèce de cave enfumée, exploitée primitivement par une troupe de chiens savants, il fallait descendre six marches, au bas desquelles on trouvait deux rangs de loges, puis une scène étroite. Bertrand père l’acheta et la fit reconstruire et agrandir. Pour faire concurrence au théâtre de madame Saqui, on établit un spectacle nouveau de danseurs de corde, auquel on joignit la pantomime. Les frères Laurent, qui avaient fait en Angleterre le métier de clowns, firent représenter plusieurs féeries dans le genre anglais. La Révolution de 1830 permit à Bertrand de supprimer la danse de corde, mais il eut le bon esprit de ne pas renoncer à ces pantomimes-arlequinades, où le jeu spirituel et fin de son mime, Gaspard Deburau, attira longtemps la foule et fit la fortune des Bertrand père et fils.

Gaspard Deburau par Félix Nadar (1854). Il devient la vedette du théâtre des Funambules entre 1819 et 1846.

C’est à ce théâtre que Frederick-Lemaître fit, pour ainsi dire, ses premiers pas dans la Carrière. Après avoir débuté chez Mlle Rose, où il tomba de la corde, puis au cirque, où il tomba de cheval, il signa, le 10 décembre 1826, un engagement avec Bertrand, et fit le succès d’Arimane. Le Théâtre des Funambules n’a guère eu pour directeurs que : Bertrand père, avec Fabien ; Bertrand fils, avec d’Ordan pour administrateur ; Billon ; Dautrevaux, avec de Fléchelle et Angrémy pour associés ; et enfin Dechaume, jusqu’à l’expropriation.

« Aux Funambules, il y a mille acteurs en un seul. Or, ces mille acteurs, ces mille visages, ces mille grimaces, ces mille postures, cette tendresse si prompte à commencer et à finir… tout cela n’a qu’un nom et s’appelle Deburau ! » J. Janin

Indépendamment de Deburau père, plu- sieurs artistes d’un véritable talent se firent remarquer aux Funambules du boulevard du Temple : Laplace, Charles Deburau, Paul Legrand, Alexandre Guyon, Cossard, Vautier père ; Mmes Lefebvre, Isménie, Béatrix, etc. Après la démolition des Funambules, M.  Poiret ouvrit, sur le boulevard de Strasbourg, le 8 février 1862, un spectacle de marionnettes lyriques, qu’il métamorphosa en Funambules, avec des artistes en chair et en os, au mois de septembre 1866. — Ce théâtre, parfaitement situé, et fréquenté par les familles, est dirigé maintenant par M. Gondré. La salle a été restaurée, et l’activité et l’intelligence que déploie la nouvelle direction, font espérer que les petits Funambules marcheront sur les traces de leurs aînés, ou du moins ne s’en tiendront pas très-éloignés.

JOUHAUD

Crédit Photos : Didier Morax. Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayant-droits, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Didier MORAX


Mise à jour effectuée le : 10 septembre 2012.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA