Artefake
Accueil du site   Gregory WILSON

Gregory WILSON

Dijon, samedi 18 octobre 2008.

En provenance de Turin, Gregory Wilson arrive enfin… Il a beaucoup de retard en raison d’un train récalcitrant. Cela l’oblige à commencer sa conférence pratiquement au pied levé. Malgré ce contre temps indépendant de sa volonté, il se montre extrêmement souriant dès son arrivée, et nous met tous à l’aise. D’emblée, il se comporte en grand professionnel.

Il nous présente :

Le thème de sa conférence : la magie impromptue c’est-à-dire sans préparation et la magie improvisée, nécessitant un minimum de préparation.

Et ses contraintes : Il utilisera des objets usuels et des vêtements ordinaires, un t-shirt noir à manches courtes et un blue jeans, la panoplie fétiche de ce roi de l’ « entertainment », grand spécialiste mondial de la magie impromptue.

Cette conférence 2008 reprendra certains effets de sa précédente tournée européenne en 2000. A cela viennent s’ajouter des effets contenus dans ses trois DVD In Action, filmés en 2005, et deux nouvelles routines.

1- Something for nothing. (Réf : DVD In Action, Vol.3)

Les mains vides, le magicien fait apparaître un jeton de casino sur le dos de sa main gauche. Celui-ci est ôté par la main droite, il disparaît et réapparaît sur le dos de la main gauche.

Un spectateur est invité à participer. Le magicien fait disparaître le jeton sous son nez et celui-ci réapparaît sur l’épaule du spectateur à deux reprises. C’est ensuite au tour d’un porte monnaie de faire son apparition sur l’épaule. Le jeton est alors rangé dedans et le tour semble être terminé.

Que nenni, au passage, profitant du déroulement de cette routine, Gregory aura subtilisé les biens du spectateur sans qu’il s’en aperçoive. Stylo, billets, clé, téléphone, et portefeuille seront restitués grâce un compère occasionnel.

Pendant les explications, Gregory Wilson nous parlera du rôle très important du conditionnement du spectateur. Il utilise ici les techniques des pickpockets qui consistent à exercer des points de pressions sur le spectateur pour le conditionner avant d’exécuter une passe secrète. Exemple ici, en mettant sa main sur l’épaule, geste soi disant en passant naturel, amical et convivial.

Il nous explique aussi sa théorie de la « misdirection » qu’il déclenche quand bon lui semble. Il crée des temps faibles, le plus souvent lors des moments de rires, où l’attention des spectateurs se relâche. Ces temps sont propices à l’exécution de passes secrètes.

Petite note d’humour, à la fin de ses explications, le spectateur repartira à sa place avec le jeton sur son épaule ! Sacré Gregory.

2- Pitch and Ditch. (Réf : DVD In Action, Vol.1)

Ce mouvement a fait le succès de son auteur. Le topit impromptu permet de changer une pièce en plein vol. Pour que cet effet soit encore plus bluffant, il est préférable de l’exécuter tout près des gens, cela favorise une certaine « misdirection ».

3- Coin from head. (Ref : DVD In Action, Vol.2)

Une pièce de monnaie disparaît des mains du magicien et réapparaît en tombant du ciel dans les mains du spectateur.

Après ses routines de pièces, Gregory Wilson nous parle des temps forts et des temps faibles. Il faut aussi selon lui profiter des moments de respiration. L’expiration est un moment de relaxation où les muscles et l’attention sont relâchés favorisant un mouvement secret.

Enfin, le spectateur ne sait pas ce qu’on va faire, alors inutile de se précipiter dans nos gestes !

4- Precap. (Réf : livret "Unpacked", 2007)

Il s’agit d’une nouvelle routine très visuelle utilisant le secret du stylo à travers le billet ou Pen through Anything popularisé par John Cornelius. Le magicien montre la mine d’un stylo bic, et la recouvre du capuchon. Sans mouvement suspect, celle-ci se retrouve du côté opposé. Puis la mine voyage d’un bout à l’autre du stylo, plusieurs fois. Pour terminer, c’est le spectateur lui-même qui tient la mine sous le capuchon. Celle-ci se retrouve quand même à l’opposé. Et tout peut être examiné.

5- Recap. (Réf : DVD Off the Cuff, On the Spot et In Action, Vol.2)

Un capuchon de stylo disparaît d’une main pour réapparaître sur le stylo. Le capuchon disparaît à nouveau et se retrouve fiché dans le conduit auditif du magicien. C’est ensuite au tour du stylo de disparaître, au dessus de l’oreille puis complètement. Celui-ci est retrouvé à sa place dans le capuchon.

6- Foreign affair. (Réf : DVD In Action, Vol.3)

Un change multiple de billets au cours d’un tour du monde de la monnaie et il termine propre sur lui. Pas moins de six changements de monnaie : USA, Australie, Europe, Japon, Brésil, et France. Au final le spectateur peut donc tout examiner à sa guise. Dans cette routine très visuelle, Gregory Wilson combine l’utilisation du FP avec un système de pliage, ce qui permet une cascade de transformations. A la fin, le FP est escamoté d’une façon naturelle après avoir confié le billet au spectateur.

Petite touche de comédie lors de l’explication : Greg Wilson nous confie qu’il utilise belle et bien un FP, qu’il sort du billet comme un gag, inversant ainsi le contenant du contenu !

7- Pièce.

Une pièce est produite sur la main. Celle-ci se dédouble, redevient une seule pièce et disparaît complètement. Greg utilise une pièce gimmick pour réaliser cet effet.

8- Vanish 5000. (Réf : DVD In Action, Vol.2)

Deux petits paquets de sucre en sachet sont présentés au spectateur. Le magicien tend un sachet et demande de le secouer. Le magicien en fait autant avec son sachet. Puis il ouvre son sachet et en verse le contenu dans sa main fermée en poing. Il se place au dessus des mains du spectateur et ouvre doucement les siennes. Le sucre a complètement disparu.

NB : Une variante consiste à passer une paille comme une baguette magique au dessus de la main avant la disparition. Le sucre est retrouvé dans la paille. (Réf : Sweet Nothing du deuxième livret Coffeehouse conjuring, 2008).

Petite détente. Lors des explications, Gregory Wilson donnera la fausse solution de la disparition du sucre en utilisant le FP. Il inclut même le geste suspicieux lors de la routine quand il la présente à des magiciens, pour qu’ils perdent tout repère !

9- Séance de pickpocket.

Gregory Wilson nous expose sa technique pour voler des montres. Au passage il nous confie que ses montres préférées sont celles des policiers ! Celle-ci consiste à brouiller l’esprit de la future victime en la submergeant de paroles qui ne veulent rien dire. Le cerveau ainsi parasité ne prête pas attention au reste. L’enlèvement de la montre s’exécute en trois phases. Il utilise la méthode à une main et finit la prise en ayant les deux mains sur le poignet du spectateur tout en attirant son regard sur sa poche de pantalon opposée. Tout ceci dans un ballet de questions-réponses. Différents points de pression sont exercés sur le poignet et le corps, pour conforter le spectateur et lui signifier que tout va bien.

Pour appliquer cette technique, Gregory Wilson commence par une manipulation d’une pièce sur ses phalanges. Celle-ci est transférée en main gauche puis disparaît pour réapparaître dans les mains du spectateur. La passe est répétée en prenant le spectateur comme acteur. C’est à ce moment-là que le magicien pickpocket vole la montre, dans un moment d’inattention. A la fin, il demande au spectateur s’il souhaite un souvenir. La pièce ou le cadeau surprise ? Le cadeau surprise étant, la propre montre du spectateur !

Une fois le tour terminé, Gregory Wilson demande au spectateur son portefeuille et en profite pour reprendre sa montre, pour lui redonner aussitôt. Sous forme de climax supplémentaire il se retourne et porte une paire de lunette appartenant à un autre spectateur ayant participé un peu plus tôt !

10- Boomerang card of death. (Réf : DVD Card Stunts)

Une carte choisie est perdue dans le jeu. Celle-ci est retrouvée après un mélange et une coupe sans regarder le jeu. La carte face en l’air est transformée à vue en une autre. Cette carte est utilisée ensuite pour une démonstration de carte boomerang.

Deux autres cartes sont choisies et perdues dans le jeu. La carte boomerang est envoyée dans la pièce. Celle-ci revient se piquer dans le jeu entre deux cartes, celles des spectateurs.

Gregory Wilson nous explique sa technique du lancé en insistant sur la prise ou Grip et le placement des doigts. Le pouce est humecté pour mieux propulser la carte.

11- Quelques techniques de cartes.

Miracle Move de l’écossais Jerry Sadowitz. Une passe extrêmement efficace qui donne l’illusion de placer une carte bien au milieu du jeu avant qu’elle ne remonte au dessus du paquet.

Le S.d.C de Paul Le Paul.

Un Change Flash d’une carte au dessus du paquet.

12- Phoenix Split. (Réf : DVD Card Stunts)

Un jeu est emprunté. Après avoir été mélangé et confié au spectateur, le magicien produit de ses mains, apparemment vides, les quatre as du jeu les uns après les autres.

Cette variante de l’effet Phénix, reprend les techniques décrites successivement dans les livres de Cliff Green et de Richard Kaufman. Et aussi des additions de Carlos Vaquera pour la verticalité et de Chris Kenner pour la première phase.

13- Levée double.

Exemple de retournement double avec un push. Gregory Wilson détend l’atmosphère en demandant combien de cartes il a retourné ? Et il montre qu’il en a retourné vingt-sept faces en l’air !

14- Productions d’As.

Le magicien mélange le jeu plusieurs fois en disant qu’il cherche les As. Il les retrouve au dessus de quatre paquets posés en croix sur la table. Cf : Jennings Revelation décrit dans le livre The Classic Magic of Larry Jennings.

Le spectateur coupe sur les As (Réf : DVD Pyrotechnic Pasteboards). Le spectateur coupe le jeu en quatre paquets sur la table. Le magicien prend les quatre cartes du dessus de chaque paquet qui se révèlent être les quatre As.

15- The ring thing.

Cette passe de Garrett Thomas consiste à faire sauter une bague sur un doigt, après que l’autre main l’ait retirée. Un effet visuel qui demande un angle de travail spécifique.

Gregory Wilson continu avec l’effet de la bague de cigare. La bague saute d’un doigt à l’autre. Sa montre placée au milieu est utilisée comme point de repère.

La bague est apparemment jetée au loin dans la salle et revient sur le doigt du magicien.

16- Freakey.

Un nouvel effet utilisant le principe copper-silver mais revisité avec deux clés. Une clé en or et l’autre en argent. S’en suit une transposition de clés en main, l’une prenant la place de l’autre. Pour finir, le tour est réalisé dans les mains du spectateur qui peut tout examiner.

Conclusion :

Après plus de deux heures de magie, Gregory Wilson nous a une fois encore emballé par sa technicité irréprochable, la simplicité et la qualité de ses effets, l’impact de sa magie directe et intuitive, et par sa disponibilité.

Cette magie impromptue se rapproche le plus de la vraie magie, sans strass, sans chichi et autre truc surajouté. Gregory Wilson nous prouve qu’avec quelques techniques simples, nous pouvons produire des effets à fort impact. Un soupçon de détournement d’attention et un peu de bagout au bon moment et le tour est joué. Simple à dire mais extrêmement difficile à réaliser.

Tout l’art naturel de cet artiste est né d’un contact permanent avec le public, qu’ils soient spectateurs avertis ou simples passants dans la rue. Et c’est en rodant sans fin ses routines que la magie de Gregory Wilson est devenue si limpide.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 7 mai 2011.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA