Artefake

FDAMI

Fédération Des Associations Marocaines d’Illusionnisme.

Vous êtes les fondateurs de la FDAMI, cela donne à l’oral "fais des amis", très joli nom mais ça veut dire quoi ?

Mehdi Choukrallah et Youssef Aithmed : Fédération des Associations Marocaines d’Illusionnisme.

C’est une première au Maroc, pourquoi avoir créé une Fédération de magie ?

M.C. : Participer à la création d’une fédération c’est avant tout le partage d’une passion ; la magie et l’envie de participer au développement et à la découverte de l’art et de la magie dans un pays que j’affectionne particulièrement.

Y.A. : Tout simplement parce que le Maroc n’avait pas d’initiative de ce genre ; il existe des associations de magie mais pas de fédération. On va tenter d’unir à la fois les magiciens mais aussi les associations existantes pour coordonner des actions culturelles.

Vous vivez au Maroc ou quelle est votre attache avec ce pays ?

M.C. : Je suis originaire du Maroc. J’y ai passé de très belles années.

Y.A. : Oui je suis né à Beni Mellal, souvent nommé la « Capitale du tourisme de la montagne », sorte de tourisme vert. J’adore cette ville !

Il existe beaucoup de magiciens au Maroc, combien environ ?

M.C. : Je n’en ai vraiment aucune idée précise. On va se rendre compte de tout cela très bientôt !

Y.A. : Il est très difficile de les recenser mais on peut estimer à 200 maximum.

Mehdi Choukrallah.

Ils pratiquent plutôt le close-up ou la scène ?

M.C. : Les deux j’espère !

Y.A. : La scène est plus pratiquée car le close-up n’est pas très demandé.

Ils se réunissent en associations ou sont-ils plutôt "solitaires" ?

M.C. : Il y a déjà quelques clubs de magie. Se rencontrer, c’est s’enrichir ! Je crois qu’on apprend beaucoup avec les autres. Alors c’est aussi ça l’idée d’une fédération.

Y.A. : Les deux ! D’après ce que je sais les magiciens intègrent des groupes d’animation s’ils ne travaillent pas seuls.

Youssef Aithmed.

Depuis l’arrivée d’Internet et l’expansion des réseaux sociaux, l’apprentissage de la magie doit se faire beaucoup par Youtube ?

M.C. : Les réseaux sociaux jouent un rôle primordial de nos jours ! Il faut « épouser » ces nouvelles technologies sans en être dépendant. C’est l’idée que j’en ai.

Y.A. : Effectivement on peut trouver des informations ou des formations mais les données ou techniques sont souvent erronées ou mal réalisées… Finalement, Youtube n’est pas très fiable pour apprendre la magie ou se perfectionner.

Vous allez proposer une Assemblée Générale pour créer cette Fédération le 8 mars 2015 à Marrakech, vous attendez beaucoup de monde ?

M.C. : J’espère qu’on aura du monde et cela est important pour la suite. On a besoin d’une dynamique importante car la fédération appartient aux magiciens marocains. Il faut qu’ils s’en emparent. Je ne suis qu’un appui dans la création de cette structure.

Y.A. : Oui, on a reçu des réponses positives de magiciens désirant nous rejoindre et ils sont ravis de nous rencontrer et ont une soif d’en savoir davantage sur nos projets.

La conférence de Ali Nouira à Marrakech, Rabat et Casablanca est une première au Maroc ou bien avez-vous l’habitude des conférences ?

M.C. : J’ai l’habitude d’organiser des évènements… mais au Maroc c’est une grande première et d’une longue série – croisons les doigts ! Didier Puech, un ami et membre d’honneur soutien énormément ce projet : il a déjà cette expérience qu’il partage généreusement.

Y.A. : Non ce n’est pas une première au Maroc car on a connu plusieurs conférences de haut niveau avec Bébel, Bilis, Flip, Tamariz, programmés par notre cher ami Didier Puech qui nous soutient énormément dans la création de la Fédération, c’est une personnalité serviable, sérieuse et aimable.

Quels sont vos objectifs si vous pouvez en citer 2 ou 3 ?

M.C. : Je n’ai pas vraiment d’objectif. Comme je vous l’ai dit cette fédération appartient aux adhérents. Alors j’espère d’abord qu’ils seront nombreux. J’aimerais aussi beaucoup participer au développement de la magie et de la culture en général dans ce beau pays – au travers de spectacles, de conférences, de rencontres tout simplement.

Y.A. : Essentiellement de promouvoir l’art magique au Maroc et faire bonne figure vis-à-vis des autres pays qui organisent, comme nous allons le faire, des conférences, festivals, etc. Ajoutons à cela de fédérer des associations magiques et artistiques marocaines en les intégrant à la Fédération pour des échanges constructifs et, pourquoi pas, des partenariats.

Le Royaume du Maroc aide-t-il l’art ? Magique en l’occurrence ?

M.C. : Je ne sais pas trop. Mais j’espère en tout cas que ce projet interpellera les artistes et les acteurs de la culture et de la magie au Maroc, qui je sais sont nombreux.

Y.A. : Pour le moment, le Maroc n’a pas vraiment soutenu notre art comme il l’a fait pour la musique et les autres arts. Une des finalités de la Fédération sera aussi la reconnaissance officielle de l’art magique dans notre beau pays : nous le savons, ce sera un gros travail qui demandera une grande solidarité entre magiciens et un peu de talent…

Je crois que vous avez aussi dans l’idée d’organiser des "séjours culturels" en organisant des voyages pour les magiciens européens ?

M.C. : Ce n’est pas du tout d’actualité. Si l’occasion se présente on y réfléchira mais l’objet principal est de soutenir, accompagner ou développer des projets artistiques (magie) et culturels au Maroc.

Y.A. : Bien sûr, la FDAMI doit s’ouvrir sur le monde et notamment l’Europe. Par conséquent, l’organisation de « séjours culturels » autour de la magie apportera une valeur ajoutée à l’art magique au Maroc.

Ce serait une occasion d’échanges entre deux cultures autour d’une passion commune qu’est l’art magique ?

M.C. : Bien sûr ! C’est juste génial. Toutes les cultures sont les bienvenues. La diversité est une richesse ! Se rencontrer, partager et échanger font partie des bonheurs de la vie ! La culture marocaine est extraordinaire, il y a beaucoup de choses à découvrir...

Y.A. : Sans doute, les Marocains ont un esprit très ouvert vers l’Europe et spécialement la France avec qui nous avons des attaches historiques. L’art magique sera le pont entre les deux cultures.

Vous avez du boulot sur la planche, félicitations pour votre projet très ambitieux, et à très bientôt pour nous donner des nouvelles de vos activités ?

M.C. : Merci à vous de m’avoir invité et on reviendra avec grand plaisir ! On vous tient au courant :)

Y.A. : Je vous remercie infiniment pour cette interview et, encore une fois, un grand merci au directeur de Magicus magazine, Didier Puech, qui nous a aidé à faire naître cette fédération au Maroc qui est un pays qu’il affectionne depuis longtemps.

- Interview réalisée en février 2015 avec l’aide de Didier Puech.

A visiter :
- https://www.facebook.com/pages/F%C3...
- http://www.fdami.com/

A contacter :
- contact@fdami.com

Illustration : Gérard Kunian (pour le Festival Souffle Magique organisé au Maroc par Magicus en 2012). Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 31 mars 2015.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA