Artefake
Accueil du site   David DEVANT

David DEVANT

(1868-1941).

David Devant (David Wighton) était apparu dans des théâtres provinciaux anglais à la grande époque de l’Egyptian Hall et des célèbres J.N Maskelyne and Cooke, associés en magie. Son illusion Vice versa fut découverte par Maskelyne au Trocadero Music-Hall de Londres, et celui-ci demanda à Devant de lui en proposer d’autres pour d’éventuelles représentations à l’Egyptian Hall. Devant parut pour la première fois sur la scène de "la maison des mystères" en 1893 et fut engagé avec son impressionnant Rêve de l’artiste. Maskelyne le chargea ensuite de la direction d’une tournée provinciale (« Maskelyne and Cooke’s mysteries »), qui prolongeait dans les comtés britanniques la renommé du théâtre londonien.

En tant que membre de l’association Maskelyne and Cooke, Devant, impressionné par les nouveaux « films » présentés par les frères Lumière en 1896, essaya de projeter quelques pellicules à l’Egyptian Hall. La réaction du public fut extrêmement favorable et il remporta un véritable succès avec « les images animées de Mr. David Devant, dirigées par Maskelyne and Cooke, de l’Egyptian Hall, Piccadilly ».

Devant et Morritt dans le numéro de La bouilloire mystique en 1905 (Photo : courtesy The Magic Circle, London).

Le partenariat de J.N Maskelyne et de George Alfred Cooke, se termina à la mort de ce dernier en 1905, avant que l’Egyptian Hall ne soit "rasé". Maskelyne rénova le Saint-George’s Hall dont il fit un nouveau foyer pour ses réalisations magiques. Son premier spectacle, une pièce de science-fiction, fut un échec, aussi demanda-t-il à David Devant de revenir à Londres et de lui prêter son concours en tant que nouvel associé, directeur et gérant sous le nom de « Maskelyne and Devant ».

David Devant dans StrandMagazine en 1910.

Devant retransforma les spectacles dans le sens de ce que voulait le public. Leur troupe fit des tournées en Grande-Bretagne, en Europe, et aux Etats-Unis. Quand il ne se produisait pas, Devant mettait au point des illusions nouvelles. Il resta au Saint-George’s Hall jusqu’en 1915 et donna sa démission sur un avis médical. Devant fut victime de troubles nerveux qui lui firent trembler des mains, et sentit qu’il ne pouvait continuer davantage. Mais au bout de quelques mois, il revint au spectacle, et inventa des illusions nouvelles, à ajouter à celles déjà célèbres dont : le Commissionnaire disséqué, le Grand Tour de la corde indienne, le Petit Déjeuner du géant, et le Miroir magique.

Le Petit Déjeuner du géant.

Devant écrivit des livres sur la magie, forma de jeunes illusionnistes d’avenir et créa des illusions nouvelles. Il mourut à soixante-treize ans, en 1941. Il est le co-auteur d’un ouvrage incontournable Our Magic écrit avec Nevil Maskelyne (fils) en 1911.

Ses tours les plus marquants

- La Sylphe (1902), Une lévitation où Devant fut un des premiers à passer un cerceau autour du corps de la femme volante.

- La bouilloire mystique (ou complaisante) (1905). Tour Inspiré des vases magiques du IVème siècle avant J.C et de la bouteille inépuisable de Robert-Houdin. L’ancêtre du Barman du Diable.

- Le rêve de l’artiste (1905). Un peintre fatigué de peindre le portrait en pied d’une dame, s’endormait et rêvait qu’elle descendait de sa toile… ce qu’elle faisait.

- La Phalène mascotte ou La femme papillon (1905). Etendant les bras, le magicien faisait apparaître peu à peu dans l’espace un gros papillon à tête de femme qui semblait être attiré par la lueur du chandelier qu’il lui présentait. Au moment où la flamme allait consumer ses ailes multicolores, la femme papillon les repliait sur son visage et l’apparition s’évanouissait dans un éclair.

- La grotte du Gnome. Le décor représentait une caverne où vivait un ermite. Le solitaire recevait la visite d’un chevalier accompagné d’un serveur ; ce visiteur voulait savoir certaines choses au sujet de la dame de ses pensées. L’ermite s’engageait à le satisfaire et construisait une petite boîte sur une plate-forme. Soudain, la boîte se partageait en deux et un gnome rouge apparaissait, tenant dans la main une énorme pépite d’or d’où émergeait une tête de sphinx récitant une prophétie. Après maintes métamorphoses, le sketch se terminait par un arc-en-ciel dans lequel se matérialisait la belle du chevalier.

- La corde hindoue (1908). Devant reproduisit exactement le scénario « retransmis » depuis des siècles.

- Translucidité (1909). Une expérience de télépathie présentée avec la sœur de Devant, où des phrases écrites sur des papiers sont lues à distance par celle-ci.

- Le petit soldat de chocolat. Un assistant costumé en soldat de la garde britannique entrait en scène au pas cadencé et, passant derrière un drapeau, se transformait en un petit jouet mécanique marchant toujours au rythme de la musique. Devant cassait alors un doigt du personnage et le donnait à manger aux enfants qui découvraient qu’il était en chocolat.

- Hypotyposis ou Le miroir magique (1911). Une illusion qui semblait faire se matérialiser des images du passé, du présent et du futur dans une grande psyché. Devant utilisait une vision du diable pour représenter un avenir sombre. A la fin de l’illusion, le magicien disparaissait et réapparaissait dans le miroir.

- Biff (1915) fut une des tentatives les plus ambitieuses de David Devant. Lors d’une conversation avec un prestidigitateur écossais amateur, Devant avait dit qu’il était prêt à payer une idée neuve et trouverait bien un moyen de réaliser le tour si on lui proposait quelque chose d’intéressant. L’Ecossais proposa à Devant de faire disparaître une motocyclette et son conducteur. Devant lui donna un chèque de dix livres et passa des mois à étudier le moyen de réaliser l’illusion : A la fin, il y parvint, avec cet effet :

on voyait une grande caisse d’emballage posée sur des pieds d’un peu plus de 45 cm de haut. Le motard montait une rampe et pénétrait dans la caisse. La porte de la caisse était refermée derrière lui, et la caisse était soulevée en l’air par quatre cordes attachées à ses angles. On pouvait voir la caisse vibrer sous l’action de la moto, qui faisait un bruit terrible, ne laissant aucun doute quant à sa présence dans la caisse. Soudain, la moto s’arrêtait, la caisse tombait en pièces sur le plancher, et ne restait qu’un squelette, et plus aucune trace de moto ou de motard. L’Ecossais conserva quelque temps le chèque de Devant dans un cadre, mais l’instinct reprit ses droits et, en fin de compte, il l’encaissa.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 20 janvier 2016.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA