Artefake
Accueil du site   Charles MORRITT

Charles MORRITT

(1860-1936).

Bien que Charles Morritt se soit produit avec succès dans des music-halls britanniques et aussi, fréquemment, à L’Egyptian Hall de Maskelyne, on s’en souvient aujourd’hui comme de l’un des grands inventeurs d’illusions scéniques de l’histoire de la magie. Combinant les effets et les méthodes, il fut l’égal de génies comme Servais Le Roy ou P.T. Selbit.

Né dans le Yorkshire, Morritt commença à s’intéresser à la magie après avoir assisté à un numéro des frères Davenport en 1877. Un an plus tard, il avait monta son propre spectacle et donna des représentations en province.

Son premier spectacle à Londres eut lieu en 1886, au Princes Hall, à Picadilly ; il y introduisit son numéro de lecture de pensée (il était le premier à utiliser un code silencieux pour transmettre les renseignements au médium) au cours d’un engagement de six mois et il continua ainsi six autres mois dans divers music-halls. En 1887, il partit en Amérique où il travailla pour Alexander Herrmann et mit au point pour lui plusieurs de ses illusions les plus réussies. En 1888, il débuta à l’Egyptien Hall de Londres et, avec J.N. Maskelyne, il développa l’illusion Oh ! (reprise plus tard par Kellar) et la joua durant trois années consécutives. En 1912 et 1914, il passa au Saint-George’s Hall Theater.

David Devant et Charles Morritt (à droite) dans le numéro de La bouilloire mystique en 1905 (Photo : courtesy The Magic Circle, London).

Sa carrière, très étudiée, fut handicapée par des problèmes de santé et à caractère personnel et, à une époque, après avoir eu du succès dans les music-halls, il fut contraint de jouer dans de petits trous de province. Il y fut redécouvert par David Devant (qui, n’ayant pas entendu parler de lui depuis des années, pensait qu’il était peut-être mort) ; il le fit revenir au Saint-George’s hall avec succès.

Morritt propriétaire de deux music-halls de province en Angleterre. Après une carrière faite de hauts et de bas, il mourut dans une obscurité relative en 1936.

Ses tours les plus marquants

Parmi ses nombreuses inventions, on compte la Cage de Morritt, Flyto, le Mystère de la boîte aux lettres, Noir et Blanc, le Ragtime Magique, l’Ane qui disparaît (qui inspira à Houdini sa fameuse disparition d’un éléphant à l’Hippodrome de New York.), Tally Ho ! (dans lequel des chevaux, des cavaliers, des chasseurs et un renard, surgissaient du néant), et un faux doigt creux duquel un mouchoir de soie pouvait sortir. Il fut aussi le premier à réaliser des illusions à l’aide de miroirs.

- Morritt cabinet (1889). Une apparition d’une cage vide.

- The Shrine of Koomra (1895). Une cage dans laquelle apparaissaient plusieurs personnes sur scène. Le tour était présenté comme un phénomène spirite, un prodige « théosophique », exploitant la vogue du mélange controversé de mysticisme et de religion d’Helena Blavatsky.

- Disappearing Donkey. Disparition d’un âne dans une boîte. Si vous lisez le livre Behind the Elephant de Jim Steinmeyer, vous saurez pourquoi le muletier doit être habillé en clown.

Houdini et Morritt.

- Turkish Delight (1897). Une variation de La Cage de Morritt utilisant des mirrors wedge.

- Ragtime (1913). Dans cette illusion, quatre cartons vides sont soulevés par des messieurs. Les cartons sont posés et une fois relevés, laissent apparaitre quatre filles. Cette illusion utilise des mirrors wedge.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 22 août 2017.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2018
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA