Artefake
Accueil du site   CHAMBRE NOIRE / Cie Plexus Polaire

CHAMBRE NOIRE / Cie Plexus Polaire

Carreau du Temple, Le Mouffetard (Paris, le 16 décembre 2018).

Mise en scène d’Yngvild Aspeli et Paola Rizza, (en anglais, surtitré en français).

Nous avions beaucoup apprécié le travail d’Yngvild Aspeli à sa sortie de l’École nationale supérieure des Arts de la marionnette de Charleville-Mézières, puis cet été au festival d’Avignon avec son étonnant Cendres. Nous la retrouvons ici, comédienne et marionnettiste, accompagnée de la percussionniste Ane Marthe Sorlien Holen.

Chambre noire s’inspire de La Faculté des rêves, une biographie par l’écrivaine suédoise Sara Stridsberg de Valerie Solanas. Cette féministe radicale américaine (1936-1988) autrice du célèbre pamphlet SCUM Manifesto où elle appelait à l’éradication du genre masculin, est surtout connue pour une tentative de meurtre sur Andy Warhol qu’elle fréquentait assidûment, quand elle était membre de sa Factory. Andy Wharhol qui avait perdu un des manuscrits, refusa de l’indemniser mais ne porta pas plainte contre elle… Lequel manuscrit fut retrouvé bien plus tard dans une boîte de matériel électrique.

La marionnette de taille humaine représentant l’héroïne du récit a été réalisée par Pascal Blaison, Polina Borisova et Yngvild Aspeli : une véritable œuvre d’art… Le personnage de Valerie Solanas se situe à l’interface entre la mort et le vivant, et la marionnette porte les stigmates d’un corps traumatisé par les épreuves douloureuses qu’elle connut, entre autres drogue et prostitution. Justesse du jeu et de la manipulation de la marionnette : Yngvild Aspeli nous donne à voir une enfant, fragile poupée victime des attouchements de son père et de la maltraitance de sa mère Dorothy. Une mère vivant dans l’ombre d’un mythe, celui de Marilyn Monroe, et qui néglige son enfant, tout en lui ordonnant de « ne jamais oublier jamais de briller ».

Paola Rizza, professeur à l’école Jacques Lecoq, avoue qu’en découvrant ce récit, elle a eu envie de « redevenir féministe ». Les traumatismes physiques du personnage, qualifiée de « première pute intellectuelle », sont remarquablement représentés. Une poupée nue, le corps coupé en deux, se livre à toutes les outrances pour survivre. Avec des projections et une musique originale style années 1970, cette œuvre d’une heure, très actuelle, bouscule l’ordre masculin dominant, et ces artistes nous embarquent dans une histoire douloureuse qui retentira longuement dans nos mémoires.

- Article de Jean Couturier. Source : Le Théâtre du Blog.

A lire :
- La Faculté des rêves de Sara Stridsberg. Traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud et publié chez Stock (2006).

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Philippe du VIGNAL


Mise à jour effectuée le : 3 janvier 2019.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2019
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA