Artefake
Accueil du site   CELUI QUI TOMBE / Yoann BOURGEOIS

CELUI QUI TOMBE / Yoann BOURGEOIS

Théâtre de la Ville (Paris, le 13 juin 2015).

Conception, mise en scène et scénographie de Yoann Bourgeois.

Un long silence d’abord : la salle est plongée plusieurs minutes dans l’obscurité, ce qui oblige à faire le vide dans notre esprit. Bien vu ! Que voit-on ensuite dans la pénombre ? Une belle plate-forme rectangulaire en bois, d’environ 20m2 suspendue par quatre filins et reposant sur un axe qui va se mettre à tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, comme la Terre vue au-dessus du pôle Nord.

Sur cette plate-forme, suspendue aux quatre coins et dont le bois produit des grincements (amplifiés) comme ceux d’un vieux bateau soumis à une forte houle, de jeunes acrobates/danseurs : Marie Fonte, Elise Legros, Vania Vaneau, et Mathieu Bleton, Julien Cramillet, et Dimitri Jourde.

La plate-forme va se mettre à tourner assez lentement puis plus vite : ils s’accrochent les uns aux autres, se séparent, se rejoignent entre hommes puis entre femmes et enfin en couple, jusqu’à une sorte de sarabande finale. Avec une étonnante perception de l’espace qui, on le sait, est gérée par l’hémisphère droit du cerveau qui fait fonctionner la partie gauche du corps. Ce qui expliquerait, en partie, la virtuosité quand ils vont à l’opposé du sens des aiguilles d’une montre. Mais comme ils sont tout aussi virtuoses quand ils arrivent à se diriger dans l’autre sens.

Il y a aussi quelque chose d’étonnant et qu’on appelle en japonais ki no nagare : la remarquable fluidité des mouvements et le zanshin : la vigilance qui leur permet avec une grande concentration d’avoir un merveilleux équilibre sur cette plate-forme instable et qui tourne sans cesse… Tout le public absolument silencieux, regarde fasciné, avec une rare attention, ce spectacle presque muet où il y a juste un chant à la fin.

A y regarder de près, les six interprètes adoptent une incroyable posture du corps stable et bien ancré quelque soit leur position sur ce sol mouvant, et dont leurs hanches semblent être le pivot central. En particulier quand ils remontent à contre-courant… C’est peu de dire que la proprioception, sorte de septième sens qui informe le cerveau de la position de chacun des membres par rapport au reste du corps, et dont les danseurs ont le secret, devient ici une nécessité absolue pour circuler sur cette plate-forme.

Bien entendu, ici comme le dirait bien mieux Maurice Merleau-Ponty, il semble que le corps expérimente et en même temps perçoit, et prend conscience d’une ouverture particulière au monde. Sans doute mais quel travail indispensable de répétition ! Le danseur/acrobate étant aux prises à la fois avec son corps et celui des autres dans cette mise en danger permanente, où le rapport à la perception de l’espace est la condition même de cette expérience inédite qui associe le mouvement de chacun et de l’ensemble, la rotation de la plate-forme et enfin son basculement. Avec en fond, quelques morceaux musicaux comme le célèbre Casta Diva de Norma de Bellini, ou My Way.

Cette drôle de mécanique, née d’un long travail de cheminement personnel, bien entendu comme Yann Bourgeois le dit aussi, a fort affaire avec un sens métaphysique : « J’habite en montagne, dit-il, et regarde l’architecture invraisemblable que dessinent les arbres pour trouver la lumière. Je me demande comment je fais pour tenir, sachant que pour rendre expressive la légèreté, il faut montrer la pesanteur ».

Ce qu’il fait surtout dans le second moment de son spectacle où la plate-forme va former une grande escarpolette basculant de jardin à cour avec toujours perchés dessus, ces mêmes six interprètes qui vont glisser sous cette plate-forme qui va continuer à se balancer de façon imperturbable et va passer à un mètre à peine de leurs corps allongés. Tout cela avec une virtuosité exemplaire de ces acrobates, avec lesquels Yoann Bourgois a cherché et brillamment réussi à acquérir « un point d’équilibre entre un objet, les spectateurs et tous les éléments qui entrent dans la composition d’un spectacle. C’est lui, que je cherche : ce point de suspension, à la fois sommet et infini, entre un sol mouvant et un ciel » dit Yoann Bourgeois.

Il n’y a pas tous les jours, et surtout en cette fin de saison un peu terne, de spectacle aussi dense, aussi parfait que cette union entre chorégraphie et acrobatie dans un tempo miraculeux. En soixante-dix minutes, tout est dit et poétiquement bien dit. Sans longueur, sans hésitation aucune et avec une totale humilité… Chapeau ! Le spectacle sera repris la saison prochaine au Théâtre de la Ville : surtout ne le ratez pas. C’est un des plus beaux de cette saison.

- Source : Le Théâtre du Blog.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Philippe du VIGNAL


Mise à jour effectuée le : 19 juin 2015.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA