Artefake
Accueil du site   CE QU’ATTEND LE PUBLIC

CE QU’ATTEND LE PUBLIC

La plupart des grands magiciens le répètent à l’envie : lorsque vous intervenez comme magicien, ne tombez pas dans le piège de vous cacher derrière votre technique... ou votre manque de technique !

Certains "techniciens", notamment les cartomanes, lors de représentations en close-up, abordent des tables en étalant certaines prouesses : cartes qui volent, mélanges improbables, multi coupes d’une main et, si possible, dans le dos, etc.

De vous à moi, je pense que le public trouve ça « très chiant ». Au mieux il se dira que c’est un jongleur, qu’il est très fort, mais je doute que le spectateur trouve ça très magique. Surtout, comme le dit Juan Tamariz, celà peut nuire à votre effet magique : un magicien qui étale sa capacité à manipuler les cartes de la sorte ne peut que suggérer sa capacité évidente à retrouver une carte. Pour les spectateurs, il ne s’agit sans doute plus de "magie" mais bien de "manipulation". Après, si vous vous vendez comme manipulateur ou tricheur, pourquoi pas. Mais si on vous engage comme magicien, vous faites fausse route.

Attention, ça ne signifie pas qu’il ne faut pas travailler ses techniques. Bien au contraire. Comme l’a dit Mickaël Stutzinger lors d’une conférence, il faut surtout savoir s’en détacher. Ce qui implique de les posséder à un tel niveau que ça devienne naturel. Donc invisible.

A l’opposé, certains magiciens, peu à l’aise avec les techniques tombent dans le piège du tour automatique facile à retracer (tous les tours automatiques ne sont pas faciles à remonter, choisissez les bons : Roberto Giobbi a publié d’excellents livres à ce sujet). Ils perdent en crédibilité car aux yeux du public, l’illusion ressemble plutôt à une récréation mathématique. Si vous faites partie de ces magiciens, vous pouvez améliorer votre numéro par un minimum de mise en scène. Car au final, ce qui compte, c’est bien évidemment l’effet, la surprise, l’émotion que vous apporterez aux spectateurs.

C’est d’ailleurs pour ça qu’on vous engage : divertir et étonner. Mettez-vous à la place de votre employeur qui décide d’engager un magicien. Qu’attend-il au final ? Sans doute d’être bluffé, surpris, amusé. Pas d’être pris pour un imbécile (le magicien technicien apparaît souvent arrogant et le magicien « automatique » trop cher).

Quel que soit votre style, vous devez donc d’abord vous attacher à étonner, voire détonner. Le meilleur exemple pour moi reste Juan Tamariz, mais aussi Gaëtan Bloom : ils sont très drôles, lisibles (c’est à dire qu’on suit facilement le tour) mais surtout ils vous mettent une sacrée claque !

Car il y a un autre piège à éviter : privilégier l’humour et la connerie (parce que parfois les vannes des magiciens ne volent pas bien haut) à l’illusion. Encore une fois, vous n’êtes pas engagé comme humoriste. Mais comme magicien. Vous devez donc leur laisser une trace indélébile. En close-up vous ne pouvez pas partir d’une table sans les avoir vraiment bluffés. Si vous pensez avoir rempli votre contrat parce que vous les avez fait rire, vous vous trompez. Si demain j’engage un musicien et qu’il se contente de faire rire le public, de mon point de vue il y a maldonne : si j’avais voulu faire rire mes invités, j’aurais engagé un comique.

Ne vous trompez pas dans vos priorités : face au magicien, le public attend tout simplement de la magie. Avec tout ce que ça sous entend.

- Source : Club de Magie.

A lire :
- Comment commencer la magie ?

Auteur : Vincent DELOURMEL


Mise à jour effectuée le : 16 septembre 2011.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA