Artefake
Accueil du site   Alexander MABROS

Alexander MABROS

Comment êtes-vous entré dans la magie ? A quand remonte votre premier déclic ?

Quand j’étais petit, un ami m’a montré un tour de magie et m’a mis au défi de savoir comment il l’avait fait. Cela a suscité ma curiosité et je me suis rendu à la bibliothèque municipale. J’ai lu tous les livres de magie pour trouver le truc que mon ami m’avait montré. Mais ce n’était dans aucun des ouvrages. J’ai donc pris les techniques que j’avais apprises des livres et construit ma propre version de l’effet. Je l’ai montré à mon ami et sa mâchoire est tombée, parce qu’il n’avait aucune idée de la façon dont j’avais accompli l’effet.

Quand avez-vous franchi le premier pas et comment avez-vous appris ?

J’ai commencé la magie vers l’âge de 12 ans. Au début, je faisais principalement des tours de cartes. J’ai tout appris des livres. Ensuite, j’ai cherché dans les bibliothèques d’autres grandes villes. À l’âge de 15 ans, j’ai déménagé aux États-Unis pendant un certain temps. J’ai eu la chance de trouver un magasin de magie. C’est là que j’ai découvert la magie de scène. C’est devenu ma passion. Seulement quelques années plus tard, je me suis lié d’amitié avec d’autres magiciens et j’ai commencé à échanger des idées et à créer avec eux. Ils m’ont présenté à des conventions magiques où j’ai vu mes premières conférences. Mais, jusqu’à ce jour, ma principale source de techniques, d’idées et d’apprentissage est le livre.

Quelles sont les personnes ou les opportunités qui vous ont aidé. A l’inverse, un évènement vous a-t-il freiné ?

Un lithographe de ma ville natale organisait un festival annuel consacré aux arts de la scène. Il m’a donné ma première chance de jouer sur une grande scène dans un spectacle de variétés avec d’autres artistes. J’ai eu beaucoup de retours. Par la suite, je me suis inscrit pour travailler au festival en tant que technicien lumières. De cette façon, j’ai constamment rencontré d’autres artistes et appris de leur travail.

C’est là que j’ai rencontré mon premier mentor magique Oguz Engin. C’est un manipulateur accompli qui est devenu un ami très proche. Il m’a appris à penser, à créer de nouveaux effets magiques et à trouver de nouvelles techniques. C’est toujours comme ça que je travaille aujourd’hui.

Il m’a également présenté à Ralf Wichmann-Braco de Berlin qui est également devenu un ami cher. Il était le spécialiste de tout ce qui lévite. Il a inventé l’art de la lévitation en close-up. Et c’était une bibliothèque vivante sur la magie. Je me suis rendu régulièrement à Berlin pour rencontrer Braco et travailler sur de nouveaux tours et de nouveaux spectacles. Chaque fois que j’étais coincé, Braco me lançait une idée et tout à coup les morceaux sur lesquels je travaillais se rassemblaient.

Dans quelles conditions travaillez-vous ?

Je travaille dans beaucoup de conditions différentes. Cela va du close-up aux productions sur des grandes scènes. Comme j’aime à la fois la magie de close-up et la magie scénique, je m’adapte à toutes sortes d’événements. Je joue sur des bateaux de croisière ainsi que pour des grandes entreprises ou des parcs d’attractions.

J’ai aussi mon propre spectacle qui tourne dans les petits théâtres. Dans ce spectacle, j’essaie de découvrir ce qui se cache sous les choses étranges que nous vivons au quotidien. Pourquoi n’y a-t-il pas de nourriture pour chat au goût de souris ? Ou pourquoi la colle d’un tube colle-t-elle à tout le reste, sauf à l’intérieur du tube ?

Je participe à des soirées privées, à des salons professionnels, à des théâtres de variétés et à des dîners dans lesquels un repas à cinq plats est associé à un spectacle de magie. C’est la grande variété des lieux et des types de spectacles que j’aime le plus.

Quelles sont les prestations de magiciens ou d’artistes qui vous ont marqué ?

Tout bon spectacle que je vois m’inspire. Ce n’est pas nécessairement un spectacle de magie qui m’influence. Bien sûr, je regardais les émissions spéciales de David Copperfield et j’essayais de voir autant de spectacles magiques que possible.

Dans le domaine de la magie, j’ai été influencé par le travail de Fred Kaps. Sa technique sans faille combinée à son humour était quelque chose de formidable. C’était quelqu’un qui transcendait les limites des différentes formes de magie. Habituellement, les magiciens disent d’eux-mêmes qu’ils sont magiciens de close-up, magiciens des colombes, ou magiciens de grandes illusions, etc. Fred Kaps n’a jamais pu être classé dans une seule catégorie. C’était un artiste avant d’être un magicien, l’un des meilleurs ! Cela m’a encouragé encore plus à ne pas s’en tenir à un style de magie unique, mais plutôt à travailler dans n’importe quel type, style et forme de magie qui m’intéressent tant qu’il est divertissant. Bien sûr, la magie d’Oguz Engin a marqué mon travail, encore aujourd’hui.

Mais ce sont surtout d’autres personnes en dehors de la magie qui m’ont influencé. Bobby Dixon, un grand gymnaste, un acteur de comédie et un bon gars, m’a appris l’importance d’écouter le public. Il me dira quelle pièce fonctionne et quelle pièce ne fonctionne pas. Cela m’a rendu plus aventureux en essayant de nouvelles choses, même si je pensais qu’elles pourraient ne pas être appréciées par le public. Mais en général, elles étaient bien reçues et restaient dans mon spectacle. La vie et le travail du physicien Richard Feynman ont également été une source d’inspiration pour repousser les limites et traverser d’autres domaines. C’est pourquoi aujourd’hui, je combine la science et la magie dans mes spectacles.

Quels sont les styles de magie qui vous attirent ?

Je suis attiré par tous les styles de magie qui m’amuse et me divertisse. J’apprécie le close-up mais aussi la magie de scène avec une préférence pour la manipulation.

Ce qui me plaît dans le close-up, c’est le contact direct avec les spectateurs. Il n’y a rien de plus gratifiant que de voir « le petit garçon » briller dans les yeux des adultes après avoir été témoin de quelque chose d’impossible. En même temps, chaque close-up est différent, car les gens ne réagissent jamais de la même manière. Au fil des ans, je fais de plus en plus de jazz magie lorsque je travaille en close-up. Prenant ce que les spectateurs vous donnent pour en produire de la magie « improvisée ». Cela donne au public une expérience unique. Et parfois, ces routines de jazz magie se retrouvent dans mon répertoire et deviennent des pièces maîtresses.

En magie de scène, j’aime jouer un personnage et construire un thème autour de lui. Sur scène, tout est possible. Vous rêvez de quelque chose et cela devient une réalité. Enfant, je rêvais de jouer avec de véritables éclairs. Aujourd’hui, j’ai réalisé ce rêve avec un numéro où une bobine Tesla lance de véritables éclairs à travers la scène. Je les manipule et joue avec leur énergie brute, les plie, les guide et utilise leur pouvoir pour transformer des objets.

Quelles sont vos influences artistiques ?

Je tire mes influences artistiques de partout. Les films, la science, la musique, la danse, la comédie m’ont toujours intéressé. Et ils ont tous influencé ma magie. Les films ont toujours été une source d’inspiration pour les choses visuelles. La science et la manière dont les scientifiques ont fait leurs découvertes ont influencé mon type de pensée et ont inspiré « de grandes choses, audacieuses et dépassant les limites ». La musique, la danse et la comédie sont une source d’inspiration constante pour la présentation.

Quel conseil et quel chemin conseiller à un magicien débutant ?

Suivez d’abord votre cœur et vos intérêts. Ensuite, apprenez les bases de l’art magique : les techniques mais aussi la mise en scène, le personnage, le script et la manière de bouger. Je conseille toujours d’étudier les anciens maîtres tels que Tony Slydini, Dai Vernon, Fred Kaps, Cardini... mais aussi les maîtres modernes tels que Jeff McBride, Juan Tamariz, Tom Stone, Tommy Wonder et beaucoup d’autres. Ces derniers ont sorti d’excellents livres et DVD pour apprendre.

C’est un long processus d’apprentissage, de répétitions, ou il faut essayer de nouvelles choses. J’ai découvert qu’il n’y avait pas de récompense rapide dans l’apprentissage de la magie, mais c’est tellement amusant !

Quel regard portez-vous sur la magie actuelle ?

La magie aujourd’hui se réinvente, mais elle toujours 20 à 30 ans de retard sur le Zeitgeist moderne (l’esprit du temps). Tout change rapidement. Lorsque vous voyez des artistes actuels, vous pouvez vivre « la magie du film » en direct sur scène. La créativité de la Corée du Sud pour la magie de scène et la manipulation est incroyable. Nous constatons également que les artistes adoptent la technologie moderne et l’intègre dans leurs numéros. C’est excitant de voir les changements actuels et d’en faire partie.

Quelle est l´importance de la culture dans l´approche de la magie ?

Je pense que la magie est un art universel qui transcende la langue, la culture et l’âge. Le sentiment d’étonnement, quand vous êtes témoin de quelque chose que vous croyez impossible, est le même partout dans le monde. La façon dont les gens expriment leur appréciation varie bien sûr en fonction de leurs antécédents personnels. Certaines personnes sont plus franches, d’autres réagissent avec de grands yeux, d’autres plus rapidement, d’autres plus lentement.

Vos hobbies en dehors de la magie ?

J’aime beaucoup lire et jouer avec l’électronique. À cet égard, je suis un vrai nerd. C’est probablement la raison pour laquelle, après avoir été un magicien professionnel, j’ai obtenu un diplôme universitaire et un doctorat en génie électrique. J’aime aussi voyager et voir de nouveaux endroits, rencontrer de nouvelles personnes. Mais mon principal passe-temps reste la magie et tout ce qui s’y rapporte, comme le cinéma, le théâtre, l’artisanat et la technologie. Créer et construire des choses, pas seulement des accessoires magiques, est une grande passion pour moi.

- Interview réalisée en septembre 2018.

A visiter :
- www.alexander-mabros.com
- www.energize-It.de

Crédit photos : Alexander Mabros. Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2018
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA