Artefake
Accueil du site   ARTURO BRACHETTI

ARTURO BRACHETTI

L’homme aux mille visages (2ème version).

Enfin ! On attendait depuis longtemps ce spectacle hors du commun sur support DVD. Depuis 1999, date des premières représentations au Canada et en France, le monde d’Arturo Brachetti a grandi, fort d’un succès de plus en plus conséquent. Le spectacle enregistré en janvier 2005 à Mogador (la scène de prédilection et des débuts du jeune transformiste) a été remanié par rapport aux premières représentations. Il s’est enrichi d’effets de vidéo projections somptueux et d’une création musicale de premier plan, mixant savamment des ambiances hétéroclites (la 1ère séquence du grenier notamment).

Pour ceux qui sont restés sur les (beaux) restes de son premier spectacle, c’est l’occasion de redécouvrir en profondeur la part d’enfance qui est en chacun de nous. Brachetti a réellement fait évoluer son monde dans un souci du détail et d’une justification constante. L’univers du transformiste a prit de la consistance et les « séquences » s’enchaînent avec un art virtuose de la transition, digne des plus grandes œuvres cinématographiques. Car la construction même de ses saynètes prend appuie sur la grammaire du cinéma allié à l’art théâtral.

Le Spectacle :

La première partie se déroule dans le grenier familial d’Arturo, lieu privilégié de ses souvenirs et de notre inconscient collectif. Comme par magie, les choses s’animent et on revit des moments forts de l’enfance par le biais de différentes saynètes (les cow-boys, Barbie, Pinocchio...). Le sketch du western est un charivari de gags avec les personnages clefs : pianiste, gentil cow-boy blanc, méchant cow-boy noir, danseuse de cabaret et croque-mort.

C’est alors que le personnage de la mère d’Arturo apparaît, représentée par son sac à main (le fil rouge de l’histoire).

Viens la fabuleuse séquence du chapeau de Tabarin avec ses 27 formes (déjà présente dans le 1er spectacle), Tout cela dans un seul rond de feutre troué, justifié dans le texte comme étant les chapeaux de sa mère avec lesquels il jouait autrefois. Vient ensuite une séance de photos sur draps servant d’écran pour le spectateur (Arturo tenant un album photo, qui est littéralement « sa projection »). C’est au tour de l’oncle, musicien de la famille, de faire une apparition survoltée avec apparition d’une 3ème main et lévitation ad hoc. Un théâtre de marionnettes miniatures s’ouvre alors devant nous, puis c’est autour du piano de la pièce de venir se positionner de dos pour faire apparaître un théâtre à l’échelle humaine, d’où sort un à un les différents personnages précédents interprétés par Arturo himself.

Cette première partie se conclut par le déménagement de tous les éléments du grenier avec en dernière manifestation, l’esprit de la mère défunte (sac à main zombi, guéridon volant). Une coupure d’électricité donne lieu à une séquence d’ombres chinoises, avec pour gardienne la lune.

La seconde partie, placée sous le signe du voyage dans le temps reprend celle du 1er spectacle avec la séquence des 4 saisons à travers le tour classique de la neige japonaise pour l’hiver, des apparitions de fleurs pour le printemps, des apparitions de tournesols géants pour l’été... Ces costumes évoquent les peintres Piet Mondrian pour l’hiver, Magritte pour l’automne, Monet pour le printemps et Van Gogh pour l’été.

« La séance de cinéma » spécial Hollywood, embellies par de magnifiques projections vidéos. Evocation d’Hollywood et du cinéma à travers ses plus grands succès : Le Dictateur avec Charles Chaplin et la mappemonde, King Kong avec une poupée Barby à la place de Fay Wray, Cabaret avec Liza Minnelli, Les Dix commandements , Les Dents de la mer (aileron au dessus d’un tissu simple et super ) Casablanca avec Humphrey Bogart et sa partenaire Ingrid Bergman (tantôt Humphrey tantôt sa compagne suivant le profil et les tirades), ils finissent enlacés. Blanche Neige très ressemblante à celle de Disney. Le petit lapin en peluche sert de chiffon pour nettoyer le sol.

Brachetti joue également le rôle de James Bond à l’aide de l’image du générique du film. Ainsi lorsqu’il tire sur la droite, une moitié de costume a changé de couleur, puis lorsqu’il tire à gauche, l’autre moitié s’est changée. Il se transforme en femme et en tournoyant sur lui même il effectue un strip tease. Les habits (robe, combinaison, sous vêtements) se retrouvent pendus au fur et à mesure sur une corde à linge. A un certain moment du spectacle, il apparaît en femme qui lévite et tournoie sur elle même. Il effectue aussi le « tour du foulard en soie à pois »

l’Epilogue rend hommage à Federico Fellini à travers une de ses citations qui devient ici parole d’évangile : « il ne faut jamais devenir grand ». La première image est Fellini vu de dos, assis sur son fauteuil de metteur en scène. En fond de scène, un petit film évoque quelques moments importants de la vie du maître.

Se succèdent ensuite des tableaux extraordinaires. Celui d’un évêque, petit de taille portant une robe pourpre très large. Le costume grandit jusqu’au plafond et contient dans sa robe l’immense rideau rouge d’un théâtre, le rideau s’entrouve et Arturo Brachetti sort déguisé en clown comme sur l’affiche du film Les clowns ! La fin du tableau est représentée sur un fond de décor animé, pour rappeler le film Amarcord, avec le départ d’un paquebot qui ressemble au Titanic.

C’est par ce dernier tableau somptueux (l’univers fellinien est à la mesure du transformiste) que Brachetti achève son voyage à travers la mémoire enfantine, par le plus beau de tous les "feux d’artifices".

Les Bonus :

Comme très souvent, les bonus DVD ne sont pas à la hauteur de l’œuvre, voir carrément grotesques (l’explication littérale du spectacle par Arturo lui-même). Rien de bien intéressant donc ici, à part une séquence éclairante sur la préparation du maquillage, qu’Arturo maîtrise totalement, ainsi que l’évolution de la campagne publicitaire à travers le travail graphique des affiches du spectacle de Montréal 1999 à Mogador 2005.

Conclusion :

Il va sans dire que ce DVD exceptionnel est indispensable. Il offre un témoignage unique d’un créateur de génie. Un siècle après le succès phénoménal de son maître Frégoli, Brachetti renoue avec le mythe en triomphant à Paris, sa ville de prédilection et d’adoption. Sa « machine à rêves » est plus que jamais prête à conquérir le monde.

A voir :
- Arturo Brachetti. DVD disponible chez Sony music vidéo. le packaging très étudié du DVD est en lui-même un tour de magie !

A lire :
- Brachetti fait son cinéma.
- BRACHETTI and Friends / Comedy Magik Cho.
- Brachetti, Son nouveau spectacle. Commenté par Jean Merlin dans La revue de la prestidigitation de janvier-février 2005, N°545 (p 28 et 29). C’est encore mieux !

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayants-droit, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 18 février 2014.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA