Artefake
Accueil du site   ARNOULD

ARNOULD

Extrait de la revue L’Illusionniste, N° 47 de novembre 1905.

S’il est vrai que celui qui a beaucoup vu peut avoir beaucoup retenu, Arnould pourrait en raconter long car les cinq parties du monde lui sont familières. Mais, comme le sage, il se dit que la parole est d’argent et le silence est d’or, il préfère généralement écouter que parler. Cependant, quand il se départit de son habituelle réserve sa conversation, documentée et émaillée d’anecdotes est des plus captivantes.

Né à Paris en 1850, Gustave Arnould fit de très solides études au Lycée Bonaparte. Après la guerre, où il accomplit son devoir comme engagé volontaire, il put se livrer à ses deux passions favorites : les voyages et la prestidigitation.

C’est en 1873 qu’il débute dans notre art, il fait vite du chemin, car nous le retrouvons en 1875 au théâtre de Saïgon. Après un séjour chez le vice-roi de Canton, devant lequel il présente la malle des Indes, il entreprend un voyage d’exploration dans l’intérieur de la Chine, au cour duquel il est appelé a faire une remarque importante pour l’histoire de la magie.

A cette date la Prestidigitation était, contrairement à l’opinion générale, complètement inconnue des chinois qui ignoraient tout à fait l’existence d’un art des illusions. On rencontrait, parmi eux, des acrobates, des jongleurs, des équilibristes surtout ; mais aucun magicien ou faiseur de tours de passe-passe.

A quelque temps de là, un naufrage le jette sur les côtes du Tonkin ; après quarante jours de marche au hasard, il est, enfin, recueilli à l’ambulance d’Haïphong ; dans une paillote construite pour la circonstance et décorée du nom de « Théâtre Français », il donne une séance de prestidigitation et une autre de comédie, dont la recette lui permet de s’embarquer pour Saïgon, là plusieurs représentations dans les théâtres, cercles et cafés sont, pour lui, des plus fructueuses.

Rentré en France, Arnould fit des contrats de music-hall avec l’ombromanie remise à la mode.

En 1890, une tournée en Amérique lui fournit l’occasion de donner des séances avec Bosco, retiré à Mercedes (République Argentine). En 1891-92, il fonde à Hélouan (Egypte), un théâtre de prestidigitation, dont le programme magique, agrémenté de scènes humoristiques, d’imitations, de projections, de fantoches lilliputiens et aussi d’expériences de mnémotechnie tout à fait renversantes, a le don d’attirer l’aristocratie du Caire. Le Khédive d’alors y fréquentait et fit, plusieurs fois, venir l’artiste dans ses palais du Caire, de Koubé, etc. La mort imprévue de ce prince mit fin à cette florissante entreprise.

En 1896, Arnould fut appelé à remplacer Duperrey, au théâtre Robert-Houdin. Il occupe ce poste avec honneur jusqu’en 1898, époque à laquelle M. Méliès cède pour quelque temps sa direction.

A ce moment, le cinématographe venant de faire son apparition, il se passionne pour cette découverte. On peut voir sur les premières vues cinématographiques, obtenues par M. Démeny, notre ami Arnould faisant des tours de cartes. Un tableau composé de ces photographies, orne le laboratoire de psychologie de la Sorbonne.

C’est souvent du reste que cet artiste au talent si souple et si varié est appelé à collaborer aux travaux des grands savants de notre époque. Son nom figure dans un grand nombre de livres de science. On le retrouve dans L’Encyclopédie Larousse, dans l’austère Revue des Deux-Mondes, etc. Il n’est pas jusqu’au Journal des Voyages, qui n’ait publié le récit de ses aventures.

Enfin, depuis 1899, il présente dans les Music-Halls, un curieux numéro intitulé : Moch’ et Tok, explorateurs fantaisistes qui n’est en somme que de la prestidigitation appliquée. Disons en terminant, qu’Arnould est le plus modeste et le plus serviable de tous les magiciens, il ne compte que des amis parmi ses confrères.

Note de Didier Morax :

Arnould s’appelait Gustave Adrien Zaleski. J’ai découvert qu’il travailla sous le nom "Les Walton’s, leurs incroyables Fantoches" vers 1878. Puis sous le nom de Moch et Tok après avoir travaillé au Théâtre Robert-Houdin. Il a collecté les boniments des tours exécutés au Théâtre Robert-Houdin et il les a couché sur un document unique. Grâce à lui on sait que Dieudonné, et Lespinasse ont travaillé sur la scène du Théâtre Robert-Houdin alors que leur nom n’apparaissait nulle part ailleurs. Arnould est mort le 13 février 1920 à Ris-Orangis.

Documents : Collection Christian Fechner / Akyna / Didier Morax.

Auteur : Sébastien BAZOU


Mise à jour effectuée le : 23 mai 2013.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA