Artefake
Accueil du site   40 ANS D’ARTS DE LA RUE

40 ANS D’ARTS DE LA RUE

et les arts de la rue dans le contexte des années 1970.

Floriane Gaber, grande spécialiste des arts de la rue, a, depuis vingt ans, à peu près tout vu des expériences et évènements divers et variés, tous genres confondus qui ont fleuri dans l’Hexagone et hors des frontières. Le coup d’envoi, comme elle rappelle justement, ayant été mai 68 avec cette formidable réappropriation de la rue puis quelques années avant, en 1963, la véritable déferlante du Festival de Nancy créé par Jack Lang qui fit venir des troupes comme le célébrissime Bread and Puppet dirigé par un jeune sculpteur allemand devenu américain Peter Schumann dont l’influence a été considérable et sur le théâtre de rue et sur l’art de la marionnette en France.

Mais Lang invita aussi bien d’autres metteurs en scène comme l’allemand Hans-Peter Clos, le Teatro Campesino de Luis Miguel Valdez, théâtre d’intervention des Chicanos mais aussi le Théâtre Arena du Brésilien Augusto Boal, sans oublier évidemment l’immense Tadeusz Kantor à qui la rue n’était pas étrangère, puisqu’il fit nombre d’interventions/ performances dans les rues polonaises, et encore Bob Wilson le Texan qui créa un théâtre d’images silencieux, ce qui influença aussi les artistes pour qui la rue ou le plein air était devenu leur lieu de travail privilégié.

Bread and Puppet

Le militantisme de la plupart de ces troupes, rappelle justement Floriane Gaber, colora le paysage culturel français qui était resté jusque là assez coincé. Ce ne fut pas immédiat mais, comme toutes les évolutions importantes, cela mit plusieurs années et opéra un bouleversement profond de l’art et la manière de concevoir la représentation dramatique, même si l’on a depuis des siècles pratiqué le théâtre dans la rue, que ce soit en France, en Suisse, en Allemagne ou en Espagne

Le Théâtre du Soleil lui aussi ira jouer dans des quartiers populaires en Avignon ou, par exemple, devant les usines Renault à Boulogne-Billancourt avec un petit spectacle d’agit-prop de quatre minutes sur l’injustice sociale sur le thème de « Qui vole un oeuf va en prison, qui vole un boeuf va au Palais-Bourbon ».

Ariane Mnouchkine, fondatrice du Théâtre du Soleil en 1964.

C’était l’époque où jouer dans la rue valait souvent quelques soucis avec les flics comme pourrait en témoigner Jules Cordière et son Palais des Merveilles où il faisait de la corde molle entre deux arbres à saint-Germain des Prés en compagnie de Ratapuce (alias Caroline Simonds) une jeune et belle américaine flûtiste et acrobate devenue depuis directrice du Rire médecin, qui, avec ses clowns, apporte joie et réconfort à des milliers d’enfants hospitalisés.

Il y a aussi un long chapitre sur Aix en Provence, ville ouverte aux saltimbanques, opération que créa, en 1973, Jean Digne avec beaucoup d’intelligence et de flair, avec un formidable succès.

Le livre de Floriane Gaber est riche et il est impossible de tout citer mais signalons, parmi les plus connus quand même, au fil des pages et en vrac : Le Grand magic Circus de Jérôme Savary, le Théâtre de l’Unité, Le Living Theatre, le Teatracide de Binoche ( le papa de Juliette) et de Crespin qui deviendra le créateur du festival d’Aurillac, la compagnie espagnole Fura del baus, l’Odin Teatre danois , Luca Ronconi l’italien et son célèbre Orlando Furioso, le Royal de Luxe, Annibal et ses éléphants, Les Grooms, et ces deux Festivals qui sont devenus incontournables et emblématiques du théâtre de rue : celui d’Aurillac qui a déjà plus de vingt cinq ans et celui de Châlon sur Saône.

Le Living Theater créé par Julian Beck et Judith Malina en 1947.

C’est une formidable promenade qu’offre Floriane Gaber, celle d’une époque où la France accueillit nombre d’artistes étrangers, et ce fut un grand bonheur et un vrai souffle de liberté que nous ont offert tous ces gens d’âge et de culture très différent ; époque un peu empreinte de nostalgie, puisque nous les avons tous connus. Certains sont décédés depuis déjà longtemps comme Julian Beck le directeur du Living, ou Augusto Boal. La plupart de ces noms ne diront pas grand chose aux jeunes gens d’aujourd’hui mais ce livre pourrait se comparer à un très bon lexique de tous ces créateurs qui font maintenant partie intégrante de l’histoire du théâtre. Et c’est en cela que le livre de Floriane est particulièrement précieux.

Comment ça commença

Le second opus de Floriane Gaber est plus théorique mais tout aussi intéressant, et il y a un bon chapitre consacré au développement culturel en France où l’auteur rappelle avec raison, que les interventions des compagnies hors des théâtres ont surtout servi, dans un premier temps à faire connaître les spectacles présentés par les pionniers de la décentralisation théâtrale mais furent très vite teintées de revendications politiques et sociales, comme le droit à la contraception et à l’avortement, ou à une gestion intelligente de la culture. Comme ce magnifique enterrement de la Liberté d’expression en 1972 qui stigmatisait l’attitude imbécile de Maurice Druon , ministre de la Culture, qui avait réuni à la fois Le Théâtre du Soleil, la Compagnie Jourdheuil et Vincent, le Théâtre de l’aquarium, le Théâtre de la Trempête et l’ Action pour le jeune Théâtre.

Floriane Gaber poursuit son tour d’horizon avec ce théâtre militant qui alla, avec des succès variés, à la rencontre d’un public qui, faut-il le rappeler ne fréquentait jamais une salle de spectacle et pour qui le mot théâtre signifiait Au théâtre ce soir à la télévision en noir et blanc souvent reçu dans la campagne française à la limite de la visibilité et en noir et blanc.

Les Grooms du Théâtre de l’Unité.

Ce qui n’était pas du tout du goût de nombreuses municipalités comme celle de Bordeaux dont le maire Chaban-Delmas offrait pourtant chaque année un festival comme Sigma, porteur des meilleurs avant-gardes, ou comme Paris qui demandait à ses flics de verbaliser les compagnies de rue. Mais le phénomène s’amplifia vite et le Théâtre de l’Unité joua Le Fantoche lusitanien de Peter Weiss, fable politique sur le Portugal de Salazar, jouées dans des lycées ou universités en grève ou le Théâtre Populaire de Lorraine avec La Farce du Graully qu’il représenta dans des usines occupées contribuèrent par leur action à faire sortir le théâtre du ghetto parisien où il était resté enfermé.

Les chapitres suivants reprennent un peu les histoires de ces compagnies qui, comme Le Grand Magic Circus ou le Théâtre du Soleil qui sont devenus le symbole d’un théâtre libéré des nombreuses contraintes que les pouvoirs publics leur imposaient. Le Grand Magic Circus a disparu depuis longtemps mais Savary a bousculé les codes jusque là obligatoires. On oublie trop souvent qu’ à la suite de Jean Dasté le formidable créateur de la Comédie de Saint-Etienne, il s’obstina longtemps à jouer dans des chapiteaux, parce que cela lui convenait mieux.

Le Grand Magic Circus de Jérôme Savary en 1976.

Un dernier chapitre du livre traite de ce phénomène que sont devenus en été dans de nombreuses villes de France ceux que l’on pourrait appeler des saltimbanques qui, malgré ce que peut avoir de péjoratif cette étiquette, font souvent preuve d’un solide métier. Jouer dans la rue, rappelle en substance Floriane Gaber, n’est pas de tout repos, et il y faut de sérieuses motivations si l’on veut tenir dans un environnement parfois hostile, même si de nombreuses municipalités voient aujourd’hui dans les festivals qu’elles créent un excellent alibi culturel, pas trop cher et qui rapporte souvent gros à l’économie locale. Que deviendra le théâtre de rue (qui est le plus souvent de plein air), vu la crise financière qui secoue nombre de villes ?

En tout cas, le dernier festival d’Aurillac devenu pléthorique, et capable du meilleur comme du pire, se porte comme un charme. Les deux livres de Floriane Gaber sont une excellente synthèse, parfois un peu rapide, mais comment faire autrement, de ces pages du théâtre en France qui, si souvent décriées, font maintenant l’objet de nombreuses maîtrises et thèses universitaires… Ainsi va le monde !

A lire :
- Quarante ans d’arts de la rue et Comment ça commença, les arts de la rue dans le contexte des années 70 de Floriane Gaber. Editions Ici et là (septembre 2009).

- Source : Le Théâtre du Blog.

Tous les documents et archives sont proposés sauf avis contraire des ayant-droits, et dans ce cas seraient retirés.

Auteur : Philippe du VIGNAL


Mise à jour effectuée le : 18 janvier 2012.
MENTIONS LEGALES :

ISSN attribué par la Bibliothèque nationale de France : ISSN 2276-3341

Informations rassemblées et coordonnées à l'initiative et pour le compte de l'Association Artefake.
Ce document est déposé auprès d'une Autorité d'Horodatage Qualifiée - Certifiée ETSI & RGS

Dans le cas où malgré notre vigilance, une de nos publications porte atteinte aux droits d'auteur, merci de nous l'indiquer. Dans le cas ou cela s'avère exact, nous nous engageons sans délai à supprimer cette publication de notre site.

Artefake est une oeuvre collective créée et publiée par l'Association ARTEFAKE.
Conformément à l'article L.113-1 du Code de la propriété intellectuelle, l'association Artefake est titulaire des droits d'exploitation du contenu du site Artefake.com
La reproduction totale ou partielle des articles du site internet Artefake sont strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage, sauf autorisation légale ou autorisation écrite de l'association Artefake.
L'utilisation de la marque déposée Artefake est soumise à autorisation.
Les liens hypertextes pointant soit vers la page d’accueil soit vers un article particulier sont autorisés.
L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tous supports, à l’exception de ceux diffusant des informations pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.
Toute personne nommée ou désignée dans le site Artefake dispose d'un droit de réponse conformément à l'article 6 IV de la loi LCEN.
Ce droit de réponse doit être adressé par courrier recommandé à Artefake - A l'attention du Directeur de Publication - 16, rue Henri Gérard - 21121 Fontaine lès Dijon.

Directeur de la publication : Sébastien BAZOU
Président du Conseil d'Administration : Eric CONSTANT

ISSN 2276-3341 - Droits de reproduction et de diffusion réservés © Artefake 2004-2017
Artefake est une marque déposée - Site développé sous SPIP par ROUGE CEKOYA